Archives décembre 2007

Le Meilleur de 2007

Best of 2007

Alors que 2007 s’apprête à filer par la sortie des artistes, attrapons-la par la manche et installons-la au salon avec une tasse de thé pour ensemble nous remémorer ce que l’année a apporté. Elle pourra ensuite remballer ses affaires pendant que moi je retournerai à mes préparatifs de réveillon. (J’ai une petite quinzaine de personnes qui viennent dîner et encore rien de prévu. Souhaitez-moi bonne chance.)

2007 ne m’a pas laissé le temps de m’ennuyer : mon livre de recettes est sorti au printemps dernier, je suis allée aux Etats-Unis pour une petite tournée de promotion, je l’ai traduit en français, j’ai ensuite participé à quelques signatures supplémentaires à Londres et à Paris, j’ai écrit un deuxième livre sur le Paris gourmand, j’ai commencé cette version française de Chocolate & Zucchini, démarré pour rire un petit blog parallèle, et fait quelques piges à droite à gauche.

Une bonne année, donc, et 2008 ne devrait pas avoir à rougir de la comparaison : l’édition française de mon livre de recettes sera publiée en février chez Marabout, mon deuxième livre sortira aux Etats-Unis en avril, il est prévu que j’aille faire un tour en Australie, et j’ai planté un certain nombre de graines et d’envies — on verra bien ce qui fleurira le printemps venu.

Voici, sans plus attendre, mon palmarès personnel pour 2007.

Lire la suite »

Rochers à la Noix de Coco

Rochers à la Noix de Coco

La recette du jour, qui me sert par la même occasion de carte de voeux, est un classique que j’ai évoqué sur ce blog il y a fort longtemps.

J’évite, par principe, de parler deux fois de la même recette, ne serait-ce que pour le casse-tête que ça représente pour mon index de recettes. Mais en l’occurrence, il s’est tout de même écoulé quatre ans depuis la dernière fois donc il y a sûrement prescription, et de plus, j’ai quelque chose à ajouter à la recette publiée alors: la forme du rocher a plus d’importance qu’il n’y paraît.

Cette fois-ci, je les ai modelés en forme de pyramide — un croisement entre la Pyramide du Louvre et la Tour Eiffel — plutôt qu’en forme de boule toute bête, et nous sommes tous (c’est-à-dire, Maxence et moi) tombés d’accord pour dire que vraiment, ça change tout : la forme pyramidale crée un contraste délicieux entre les arêtes dorées et croustillantes, les faces plus pâles et plus tendres, et le coeur moelleux.

Pour ne rien gâcher, cette recette pourra sauver la mise à ceux qui ne se seraient pas encore attaqués aux cadeaux gourmands féériques qu’ils s’étaient promis de distribuer cette année. Une recette facile, rapide et bigrement efficace : qui n’apprécie pas un bon rocher coco, à part peut-être le Schtroumpf grognon, et encore, il adore les Bounty et c’est presque pareil ?

Car si vous pouvez consacrer quelques minutes supplémentaires à l’entreprise, un nappage de chocolat fondu, bien noir de préférence, est du plus bel effet. Joyeuses Fêtes !

Lire la suite »

Figue + Chocolat

Figue + Chocolat

Peut-être vous souvenez-vous de la glace à la figue évoquée dans ces pages au début de l’automne. En quête de figues séchées pour épauler la saveur de mes figues fraîches — les toutes dernières de la saison — je me suis vu répondre que mon magasin bio était en rupture de stock, en attendant la nouvelle récolte. C’était somme toute logique — il faut bien laisser aux figues le temps de sécher — mais je dois avouer que je n’avais jamais réfléchi plus que ça à la saisonnalité des fruits secs.

Deux semaines plus tard à peine, alors que je faisais la queue au petit stand du marché des Batignolles où j’achète mes noix et toute cette sorte de chose, une affichette proclamait, « Figues séchées, nouvelle récolte! » Au-dessous, un carton de figues séchées dites baglama*, originaire de Turquie, liées les unes aux autres à la vie à la mort par une ficelle nouée autour de leurs cous.

Séchées, oui, sans doute, mais encore belles, souples et rebondies, à faire blêmir de honte les vieilles choses ratatinées qu’on nous refourgue habituellement. C’étaient les spécimens les plus éclatants de santé que j’aie jamais vus, et je n’avais nul besoin de l’échantillon de dégustation aimablement proposé pour savoir que je ne repartirais pas sans ma guirlande de figues.

Lire la suite »

Menu for Hope, 4ème Edition

Menu for Hope

Pour la quatrième année consécutive, les blogueurs culinaires des quatre coins du monde répondent à l’appel de Pim et participent à la campagne Menu for Hope. Son objet est de recueillir des fonds pour le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies, et plus précisément pour leur opération au Lesotho, qui permet à plus de 137 000 enfants de prendre deux repas par jour à l’école.

Cette collecte de fonds fonctionne comme une tombola (vive les souvenirs de kermesse !) : chaque donation de 10$ vous donne droit à un ticket de tombola qui vous permettra peut-être de gagner l’un des lots proposés par les blogueurs participants. Les résultats du tirage seront publiés le 9 janvier ; les blogueurs enverront leurs lots aux heureux gagnants et les fonds récoltés seront versés au PAM.

Clotilde's Edible Adventures in Paris Le lot que je mets en jeu est un exemplaire de Clotilde’s Edible Adventures in Paris, mon guide du Paris gourmand à paraître au printemps (plus d’infos ici), dédicacé à la personne de votre choix. Le petit nom de mon lot est EU07 et cette référence est à indiquer au moment de votre donation si c’est celui que vous aimeriez gagner. (Note : le livre sortant le 22 avril prochain, je l’enverrai au gagnant à ce moment-là.)

Consultez les FAQ du Menu for Hope ainsi que la liste des lots sur le blog de Pim, rendez visite à Fanny, notre coordinatrice européenne, et si notre cause vous paraît juste et nos lots tentants, rendez-vous sur le site de donation ! Je vous remercie par avance pour votre participation et votre générosité.

Muhammara (Caviar de poivrons grillés, noix et cajou)

Parfois, lorsque j’ai une minute, je pense au monde de la cuisine, à son étendue, et aux myriades de rivières, collines et vallées qu’il me reste encore à explorer.

Cette constatation ne me décourage pas, bien au contraire : elle me rassure, me réconforte, me réjouit : tant que je peux lire des livres et me tenir debout dans une cuisine, ma vie ne manquera pas d’idées neuves, ni de découvertes, ni de projets.

Rien que cette semaine, j’ai reçu deux messages de lecteurs me proposant de partager leur savoir et leurs recettes s’il me prenait l’envie d’étudier la cuisine de leur pays natal (l’Argentine et la Turquie, rien de moins) et un exemplaire du livre de cuisine le plus rafraîchissant dans lequel il m’ait été donné de plonger ces derniers temps, Moro East, et dont pratiquement toutes les pages portent à présent un post-it sur le revers de leur pardessus.

Les meilleures muhammaras font appel à la mélasse de grenade : l’acidulé de cet épais sirop sert de détonateur au sucré des poivrons et à la discrète amertume des noix.

Autre exemple de l’infini foisonnement des idées comestibles : cette muhammara. Je ne me souviens plus au détour de quel chemin — sur quel site ? dans quel livre ? — je l’ai croisée, mais cette préparation orientale, sorte de caviar de poivrons grillés mixés avec des noix, m’a tout de suite séduite. Je n’avais jamais rien goûté de semblable, mais mes papilles mentales ne se sentaient plus de joie.

Mon enthousiasme s’explique en partie par le fait que les meilleures muhammaras font appel à la mélasse de grenade*, ingrédient chéri de la cuisine libanaise devenu très tendance sous nos latitudes. Ici, l’acidulé de cet épais sirop sert de détonateur au sucré des poivrons et à la discrète amertume des noix.

Bien évidemment, comme toute cuisinière influençable qui lit des magazines, je me suis moi-même procuré ma bouteille réglementaire de mélasse de grenade chez Heratchian Frères il y a quelques mois, mais avec une bouteille on a de quoi faire, et je suis toujours à la recherche de nouvelles utilisations. Cette muhammara est jusqu’ici la lauréate du prix des Plus Beaux Rôles de la Mélasse de Grenade, et elle est également nominée pour le trophée des Meilleures Tartinades Apéritives.

La recette ci-dessous a été élaborée selon ma méthode habituelle de recherche de recettes (rassembler, combiner, ajuster, bien mélanger, servir frappé) à ceci près que je me suis un peu mélangé les pinceaux sur le ratio noix/poivrons. Dans un premier temps, cette confusion m’a conduite à compléter mes réserves limitées de noix par des noix de cajou (une substitution des plus heureuses), puis à griller deux poivrons supplémentaires** lorsque je me suis aperçue que, tout compte fait, j’avais eu la main un peu lourde sur les noix.

Je me suis par conséquent retrouvée avec une quantité de muhammara qui dépassait largement mes besoins immédiats. J’ai congelé l’excédent dans deux petites boîtes que j’ai pu dégainer à deux autres occasions, sans perte de saveur et avec autant de succès. Je recommande donc ce modus operandi : on dort beaucoup mieux avec un « en cas d’urgence, brisez la glace » de muhammara dans le congélo.

La façon la plus tradi de servir la muhammara est de la présenter avec des pitas ou du pain lavash, mais c’est tout aussi bon sur de la baguette, et c’est particulièrement ébouriffant en petits canapés sur des tranches de concombre — si, si, essayez voir.

* La mélasse de grenade, ou mélasse de pomme de grenade, s’achète en épicerie orientale (achetez aussi du zaatar pendant que vous y êtes), généralement importée du Liban. Si vous n’en trouvez pas, The Cook’s Thesaurus suggère diverses alternatives ; c’est le vinaigre balsamique qui me paraît ici la plus appropriée.

** A propos de poivrons, j’aimerais vous livrer ma dernière révélation. Vous avez sûrement remarqué comme la chair du poivron grillé est visqueuse, et comme il est fastidieux de retirer les petites graines, toutes engluées dans ladite chair ? Eh bien maintenant, voilà : je retire les graines des poivrons avant de les faire griller. Je sais, c’est dingue. Lorsque les poivrons sont encore crus, je découpe au couteau tout autour du pédoncule, et je le retire ainsi que les graines qui viennent avec par solidarité. Je tiens ensuite chaque poivron la tête en bas, un par un, et je le tape sur toutes les faces du plat de la main, ce qui a pour effet de faire tomber les graines qui restent, et de produire un bruit creux assez rigolo. Les poivrons, ainsi décapités et étripés, sont ensuite enfournés selon la procédure classique.

Lire la suite »

Instagrams

Recevez la newsletter

Une fois par mois, vous recevrez un rappel des derniers billets publiés, plus de l'inspiration et des infos exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié pour chaque nouveau billet.