Trucs et Astuces

10 Résolutions culinaires pour une année 2016 heureuse et délicieuse

10 Résolutions culinaires

Bonne année ! J’ai toujours aimé cette page blanche de début janvier. S’il est important de prendre un moment pour se féliciter de tout ce qu’on fait déjà d’extraordinaire (si, si, vous êtes super !), c’est aussi l’occasion d’adopter de nouvelles bonnes habitudes pour l’année qui s’ouvre.

Je vous propose donc 10 résolutions culinaires inspirantes mais accessibles pour vous faire la vie plus belle en cuisine. Partagez les vôtres dans les commentaires, ou sur les réseaux sociaux avec le hashtag #cnzresolutions !

Lire la suite »

Ma nouvelle façon de découper les courgettes

Découpe de la courgette

Avez-vous déjà remarqué que la façon dont on découpe un légume a un effet notable sur son goût et sur le plaisir de sa dégustation ?

Je vous en ai déjà parlé au sujet des carottes râpées, et j’ai récemment adopté une nouvelle façon de couper les courgettes que j’avais envie de partager avec vous.

Tout a commencé avec un plat de poisson qui m’a été servi au Bal Café, l’une de mes adresses parisiennes préférées pour le déjeuner. Il était accompagné de tranches de courgettes un peu épaisses, coupées en biseau et rôties. J’ai tout de suite remarqué et apprécié cette forme, qui était aussi plaisante à regarder qu’à manger.

J’ai un peu joué avec cette idée dans ma cuisine, et je me suis finalement arrêtée sur une technique un peu différente, qui consiste à trancher la courgette de biais et de part et d’autre en alternance, comme montré sur cette animation :

Découpe de la courgette

On obtient des tranches bien biseautées, mais avec un côté sans peau. Non seulement c’est joli dans l’assiette, mais l’équilibre des textures est idéal à chaque bouchée, de la chair plus ferme près de la peau au coeur fondant près des pépins.

C’est une découpe particulièrement adaptée si on prévoit de faire rôtir les courgettes au four — ma méthode de cuisson préférée, avec une généreuse rasade d’huile d’olive et un bel enrobage de garam masala — et c’est assez amusant à faire, surtout si votre couteau est bien aiguisé.

Alors si vous en avez marre de vos courgettes en demi-lune, j’espère que vous essaierez cette technique !

Participez à la conversation !

Vous intéressez-vous, vous aussi, aux techniques de découpe et à leurs effets sur le goût et la texture ? Quelle est votre façon préférée de couper les courgettes ?

Découpe de la courgette

Kit minimaliste pour cuisiner en vacances

Kit minimaliste pour cuisiner en vacances

Je vais voyager un peu ces prochaines semaines et j’aurai l’occasion de cuisiner dans une ou deux cuisines de location. En pareilles circonstances, je me suis assez souvent retrouvée face à des couteaux bas de gamme émoussés et des spatules en plastique toutes fondues pour emporter, cette fois-ci, un petit kit d’essentiels dans mes bagages.

Comme je voyage avec deux jeunes enfants qui, eux aussi, ont besoin de leur kit d’essentiels — excavatrices, doudous, et singes en peluche inclus — mon défi est de faire aussi léger que possible, donc j’ai décidé d’emporter :

~ Mon couteau d’office, fraîchement aiguisé : les maisons de location ne contiennent jamais, jamais, jamais de couteau digne de ce nom, et comme la cuisine c’est avant tout couper, parer, trancher, émincer et hacher, ça me paraît assez indispensable d’emporter le sien si on ne veut pas s’arracher les cheveux avant chaque repas. Je suivrai mes propres conseils pour voyager avec des couteaux.

~ Mon épluche-légume parce que rien de ce qui est censé être aiguisé dans une cuisine de location ne l’est vraiment, et un économe émoussé, c’est pire que pas d’économe du tout. En bonus, un bon épluche-légume permet de couper les légumes en tagliatelle et en papardelle pour faire toutes sortes de jolies salades estivales, comme ces spaghetti de courgettes.

~ Une paire de pinces de cuisine parce qu’il est rare d’en trouver dans les cuisines de particuliers en France, et pourtant je m’en sers tout le temps pour manipuler les ingrédients et les retourner en cours de cuisson, y compris au barbecue. En bonus, ça fait un jouet infiniment divertissant pour mon fils, qui s’en sert pour attraper des poissons imaginaires.

~ Ma spatule Earlywood en bloodwood, très solide avec un bord fin et affûté, qui est un super outil multi-usage pour remuer, couper, soulever, servir, gratter. Je vous ai déjà parlé des sublimes ustensiles de Brad Bernhart, et je les utilise avec toujours autant de bonheur au quotidien (y compris sa dernière création, une ravissante cuillère doseuse prévue pour le café mais que je laisse dans mon bocal de granola).

Lire la suite »

Comment couper et éplucher les courges d’hiver coriaces

Patidou et pâtisson sont sur un bateau.

Patidou et pâtisson sont sur un bateau.

Les courges d’hiver, avec leur vaste palette de formes, de couleurs, de motifs et de saveurs, sont certainement parmi les plus grandes délices* de la saison froide. Mais leur douceur a un prix : il faut commencer par retrousser ses manches et trouver le moyen de les couper et de les éplucher sans perdre un doigt dans l’affaire.

En effet, là où certaines variétés ont la peau suffisamment fine (surtout en début de récolte) pour être pelée à l’économe ou même mangée (vive le potimarron), la plupart d’entre elles cachent leur chair tendre sous une écorce coriace qui tient tête au plus affûté des couteaux. La tâche est rendue encore plus ardue par la forme de ces courges, qui est rarement suffisamment stable pour qu’on puisse s’y attaquer en mode bucheron. Et même quand on parvient à découper la bête, il reste à manoeuvrer son couteau d’office le long des rainures et des crêtes de l’écorce, ce qui est bien fastidieux comme il faut.

Comment couper et éplucher les courges d’hiver ?

Heureusement, il existe un autre chemin**, que j’ai récemment découvert : il consiste à pré-cuire la courge dans une eau frémissante brièvement, juste assez pour assouplir l’écorce. Après ce traitement, seule une fine couche extérieure de la courge est cuite, ce qui vous laisse libre d’en faire ce que bon vous semble, que vous ayez envie de la faire bouillir, rôtir, braiser ou sauter.

Voici donc comment procéder :

Lire la suite »

Comment ouvrir une noix sans casse-noix

Noix Lara du Périgord

Cet été, Maxence et moi avons pris un peu plus de vacances que d’habitude, et les trois semaines et demi (trois semaines et demi !) que nous nous sommes offertes nous ont permis d’entreprendre un mini-Tour de France pour profiter de nos familles et amis : Franche-Comté et Vosges pour commencer, puis cap vers le sud avec le Périgord, les Pyrénées ariégeoises, Toulouse, et enfin le Luberon.

Sans surprise, nous avons mangé comme des rois, et d’étape en étape nos bagages se sont alourdis de spécialités locales, façon Tour de Gaule d’Astérix.

La noix du Périgord n’est pas la moindre de ces merveilles : à mi-parcours de notre périple, nous sommes tombés sur La Maison de la noix à Cénac, un magasin entièrement consacré à la coquille brun doré. En plus de toutes les tartinades, confitures, terrines et gâteaux dont on pourrait rêver, j’ai été très enthousiasmée par les quatre variétés de noix proposées à la dégustation, casse-noix low-tech à l’appui.

« Oh, mais n’importe quel couteau fait l’affaire ! » m’a dit Marie-Laure. Et de me montrer comment, d’un habile tour de lame, elle arrivait à dompter les noix les plus coriaces.

La plupart des gens pensent qu’une noix est une noix est une noix, mais en examinant et en goûtant ces quatre-là côte à côte, on voyait bien qu’il n’en est rien : chaque variété a son propre calibre, sa propre forme, et son propre profil de saveur. La variété que nous avons le plus appréciée est la Lara, une très grosse noix douce et délicate avec très peu d’amertume. Nous en avons rempli un gros sac et nous sommes repartis, tout heureux à l’idée de les partager avec nos amis dans la maison que nous louions tous ensemble dans les Pyrénées ariégeoises.

Comment ouvrir une noix sans casse-noix ?

Hélas, vous vous souvenez peut-être que mon kit de cuisine minimaliste ne contenait pas de casse-noix, et la maison de location — dont la cuisine était par ailleurs bien mieux achalandée que je ne le craignais — n’en proposait pas non plus.

Quand j’ai fait part de mon désespoir à mon amie Marie-Laure, elle a répondu : « Oh, mais n’importe quel couteau fait l’affaire ! » Et de me montrer comment, d’un habile tour de lame, elle arrivait à dompter les noix les plus coriaces.

Insérer le couteau à la jointure

Lire la suite »

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.