Voyages

Où manger à Bordeaux : Les bonnes adresses d’une Bordelaise

bordeaux

Il n’y a pas que Paris dans la vie, et dans toutes les villes de France on trouve des pépites innovantes et réjouissantes pour les gourmands qui y vivent, ou qui viennent y passer un week-end. Pour cette nouvelle série de billets, j’ai donc demandé à une petite équipe de blogueurs un peu partout en France de vous ouvrir leur carnet d’adresses et de partager avec vous leurs coups de coeur.

À Bordeaux, Bénédicte vous recommande…

Benedicte Baggio-Catalan de my little spoon Pour le premier billet de la série, je vous présente Bénédicte Baggio-Catalan, auteur du blog My little spoon. Bénédicte est originaire de La Rochelle, mais elle est tombée sous le charme de Bordeaux en 2002. Elle a créé son blog en 2008, et elle y propose des recettes de saison, pour tous les jours ou pour recevoir. Elle travaille actuellement sur le projet de la future Cité du Vin, qui ouvrira ses portes à Bordeaux très prochainement.

En plus de son blog, je vous invite à suivre Bénédicte sur Facebook et Instagram. (Les photos sont les siennes, sauf indication contraire.)

Lire la suite »

Produits de terroir : Ce qu’il faut goûter dans le Jura

Vaches montbéliardes dans le Jura.

Vaches montbéliardes dans le Jura.

Ceci est un billet proposé par Anne Elder, ma merveilleuse stagiaire, à propos du voyage de classe* qu’elle a fait récemment dans le Jura. Il est illustré de ses propres photos. Merci pour le partage, Anne !

Quand j’aperçois les panneaux sur le bord des routes en France, j’ai toujours l’impression que je m’apprête à rencontrer des célébrités, tant le nom des villes et des villages évoquent les étiquettes de mes aliments préférés, dégustés habituellement dans ma micro-cuisine parisienne.

J’ai ressenti le même enthousiasme en arrivant dans le Jura, cette région au sud de la Bourgogne, juste à côté de la frontière Suisse, qui est souvent oubliée des touristes. C’est pourtant une région montagneuse et luxuriante qui se prête à la production de nombreux produits de terroir.

Le concept de terroir est omniprésent dans la cuisine française (et, imaginez-vous, de plus en plus dans la cuisine américaine) depuis des siècles.

Quand on déguste un produit du terroir, on goûte la terre qui lui a donné naissance : le sol, le climat, le savoir-faire de l’homme. Ce concept s’applique à une grande variété de produits, du fromage, et de l’influence de l’alimentation des vaches montbéliardes sur son goût, jusqu’au vin et à tous les facteurs qui influent sur le goût du raisin et la complexité de la boisson qu’on en tire.

Le Jura est une mine d’or pour qui s’intéresse au terroir. Equipés de bottes de pluie et de carnets, mes camarades de classe et moi-même étions déterminés à apprendre comment déguster la France. Nous avons gravi des collines, admiré les sapins (ceux-là même qui servent à fabriquer les planches pour l’affinage du comté) et nous avons séjourné dans un gîte.

Pendant ces cinq jours dans le Jura, nous avons eu l’opportunité de découvrir la production du fromage de la ferme à l’affineur, de déguster le vin directement dans les fûts de chêne, et de goûter les recettes et produits régionaux préparés par des hôtes généreux.

Si vous avez l’occasion de vous balader dans le Jura, voici les produits à ne pas manquer.

Lire la suite »

Kit minimaliste pour cuisiner en vacances

Kit minimaliste pour cuisiner en vacances

Je vais voyager un peu ces prochaines semaines et j’aurai l’occasion de cuisiner dans une ou deux cuisines de location. En pareilles circonstances, je me suis assez souvent retrouvée face à des couteaux bas de gamme émoussés et des spatules en plastique toutes fondues pour emporter, cette fois-ci, un petit kit d’essentiels dans mes bagages.

Comme je voyage avec deux jeunes enfants qui, eux aussi, ont besoin de leur kit d’essentiels — excavatrices, doudous, et singes en peluche inclus — mon défi est de faire aussi léger que possible, donc j’ai décidé d’emporter :

~ Mon couteau d’office, fraîchement aiguisé : les maisons de location ne contiennent jamais, jamais, jamais de couteau digne de ce nom, et comme la cuisine c’est avant tout couper, parer, trancher, émincer et hacher, ça me paraît assez indispensable d’emporter le sien si on ne veut pas s’arracher les cheveux avant chaque repas. Je suivrai mes propres conseils pour voyager avec des couteaux.

~ Mon épluche-légume parce que rien de ce qui est censé être aiguisé dans une cuisine de location ne l’est vraiment, et un économe émoussé, c’est pire que pas d’économe du tout. En bonus, un bon épluche-légume permet de couper les légumes en tagliatelle et en papardelle pour faire toutes sortes de jolies salades estivales, comme ces spaghetti de courgettes.

~ Une paire de pinces de cuisine parce qu’il est rare d’en trouver dans les cuisines de particuliers en France, et pourtant je m’en sers tout le temps pour manipuler les ingrédients et les retourner en cours de cuisson, y compris au barbecue. En bonus, ça fait un jouet infiniment divertissant pour mon fils, qui s’en sert pour attraper des poissons imaginaires.

~ Ma spatule Earlywood en bloodwood, très solide avec un bord fin et affûté, qui est un super outil multi-usage pour remuer, couper, soulever, servir, gratter. Je vous ai déjà parlé des sublimes ustensiles de Brad Bernhart, et je les utilise avec toujours autant de bonheur au quotidien (y compris sa dernière création, une ravissante cuillère doseuse prévue pour le café mais que je laisse dans mon bocal de granola).

Lire la suite »

San Francisco : Morceaux choisis

Vue de San Francisco

Maxence, Milan et moi venons de rentrer d’un séjour idyllique de deux semaines à San Francisco, pour lequel nous avons fait un échange d’appartement avec nos amis Heidi et Wayne.

Ce furent des vacances merveilleusement relaxantes, inspirantes et délicieuses. C’était formidable de retrouver cette région que nous aimons tant, de revoir amis et famille, et de rencontrer certains lecteurs lors de ma signature chez Omnivore Books. Et maintenant que je commence à m’extirper de la montagne de travail qui m’attendait à mon retour (ce dont je ne me plains pas), j’ai envie de vous livrer certaines de nos expériences gustatives les plus mémorables.

Glaces Smitten

~ S’offrir pratiquement une glace par jour — principalement chez Bi-Rite Creamery sur Divisadero (leurs ice cream sandwiches au sirop d’érable, noix et banane valent le détour) ; mais aussi chez Smitten dans Haighs Valley, où votre glace est mixée juste pour vous et devant vos yeux à l’azote liquide (en photo : glace au chocolat TCHO et glace à la courge d’hiver, érable et sucre roux) ; et, en un peu moins raffiné mais tout aussi jouissif, chez Easy Breezy dans Noe Valley, où on se sert soi-même du frozen yogurt bio et des petits trucs à saupoudrer dessus avant de payer sa coupe au poids (attention donc à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre, c’est leur business model).

Salade de kale

~ Manger du kale de toutes sortes presque tous les jours, et nous régaler particulièrement de la salade de kale rouge que j’ai faite plusieurs fois avec de l’avocat, de la coriandre et des graines de grenade (en photo ci-dessus).

~ Manger le meilleur carnitas burrito de ma vie à La Taqueria, sur la recommandation de mon amie Emily (qui est aussi, en passant, ma prof de Pilates à Paris).

Morning bun

~ Commencer la journée avec un morning bun au bon goût de beurre et de cannelle de chez Tartine.

Lire la suite »

U Salognu : Un coin de soleil en Corse

U Salognu

Pendant nos récentes vacances en Corse, nous avons découvert U Salognu (« l’endroit ensoleillé » en Corse) grâce à l’outil de navigation que nous utilisons avec le plus de bonheur : une pancarte dressée sur le bas-côté.

« Cuisine corse traditionnelle », disait la pancarte quelque part sur la route qui mène de Cargèse à Piana. Nous n’avions pas encore déjeuné alors qu’on s’approchait dangereusement du milieu de l’après-midi, et nous nous sommes arrêtés le coeur plein d’espoir.

C’était une vieille bergerie en pierre, comme on en croise à l’abandon partout dans l’île, mais celle-ci avait été retapée et transformée en petit restaurant : six tables à l’intérieur, et le double à l’extérieur sur une terrasse surplombant une profonde vallée de verdure sauvage, avec une chute d’eau au loin.

A la porte, une autre pancarte annonçait : « Notre carte est élaborée à partir des produits des bergers de la région et de notre exploitation agricole. » Nous nous sommes regardés avec des étoiles dans les yeux.

U Salognu

Lire la suite »

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.