10 Conseils pour choisir un restaurant à Paris

Restaurant à Paris

Toutes les photos qui illustrent ce billet sont de Anne Elder.

Que vous habitiez à Paris ou que vous y séjourniez occasionnellement, il y a fort à parier que vous passez beaucoup de temps à réfléchir, à lire, à discuter et à vous inquiéter de vos choix de restaurants.

C’est compréhensible. Paris est une capitale internationale de la bonne cuisine — c’est même la ville natale de la gastronomie — et vous aimeriez que chaque repas compte. Mais vous savez aussi que tous les (40 000 !) restaurants ne se valent pas.

C’est le chemin le plus court vers le sentiment de FOMO (Fear Of Missing Out, la peur de passer à côté de quelque chose) et son cousin sournois, le FOPTWR (Fear Of Picking The Wrong Restaurant, la peur de choisir le mauvais restaurant).

Pour éviter ça, permettez-moi de vous proposer ces dix conseils pour bien choisir un restaurant à Paris.

Conseil n°1 : Soyez clair sur vos besoins

C’est un peu la base, mais beaucoup de gens zappent cette étape (dans la vie en général aussi d’ailleurs).

Avant de vous perdre dans les méandres d’une recherche autour des termes « meilleurs restaurants à Paris », prenez un moment pour définir (mentalement ou par écrit) précisément vos critères. Avec combien de personnes dînez-vous et quel genre de mangeurs sont-ils ? Quel style de cuisine aimez-vous ? Dans quel genre d’ambiance avez-vous envie de passer la soirée ? Quel niveau de prix voulez-vous viser ? Y a-t-il des contraintes alimentaires à prendre en compte ?

Gardez tout ça clairement à l’esprit lors de votre recherche, et mettez de côté tout ce qui a l’air super chouette, certes, mais qui ne correspond pas à votre mission du jour. Gros gain de temps.

10 Choses romantiques à faire à Paris

Conseil n°2 : Écoutez les parisiens

Il est généralement plus fiable de suivre les recommandations des personnes qui habitent ici et peuvent placer dans leur contexte tel restaurant, tel chef, telle cuisine ou telle tendance. Il ne s’agit pas de dénigrer l’opinion des mangeurs de passage ; j’aime moi-même partager mes trouvailles quand je voyage, mais je ne me pose pas en experte et j’invite mes lecteurs à suivre des sources locales.

Prenez le temps d’identifier quelques parisiens (d’origine ou d’adoption) dont le style et les opinions font écho avec les vôtres, et suivez leurs aventures. Il peut s’agir de blogueurs, de chroniqueurs ou de sites rédactionnels ; ce qui importe, c’est qu’il y ait un point de vue cohérent au fil du temps.

Pour ma part, je fais confiance à quelques amis, comme Caroline Mignot, Lindsey Tramuta (auteur du brillant The New Paris) ou Aaron Ayscough. Je reçois la chronique hebdomadaire du Fooding et la newsletter de My Little Paris. J’utilise le site Paris by Mouth, et je garde un oeil sur les chroniques d’Estérelle Payany dans le Télérama et le blog de François-Régis Gaudry à L’Express (il a aussi une émission de télé et une émission de radio si vous ne pouvez pas vous passer de lui). Je ne lis pas tout ce que ces gens écrivent (bonjour burnout), mais quand j’ai besoin d’idées fraîches, c’est vers eux que je me tourne.

Je n’utilise pas les site d’avis : si je ne sais pas qui écrit ni de quel point de vue, cette litanie d’opinions et de doléances n’a pas de sens pour moi.

Restaurant à Paris

Lire la suite »

Poulet mijoté à la philippine

Poulet à la philippine

Ça fait un bon moment que j’ai envie de vous donner mon avis sur l’Instant Pot, et comme j’ai reçu plusieurs demandes de votre part à ce sujet, je vous présente aujourd’hui ma super recette de poulet adobo à la philippine et j’en profite pour vous parler de cet appareil multi-fonction que j’aime d’amour.

L’Instant Pot, ça fait des années que j’en entends parler par le biais des blogs Nord-Américains que je consulte ; on y voue sous ces latitudes un culte certain. Il s’agit d’un appareil fabriqué par une entreprise canadienne, et qui combine sept fonctions, toutes programmables dans le détail. C’est tout à la fois :

  • Une mijoteuse, pour les cuissons longues à basse température,
  • Un auto-cuiseur, pour les cuissons sous pression (avec deux niveaux de pression, haute ou basse),
  • Une sauteuse, qui permet de faire colorer les aliments avant de passer en mode mijoteuse ou cuisson sous pression,
  • Un rice cooker, pour la cuisson du riz, des céréales ou des légumineuses,
  • Un cuit-vapeur,
  • Une yaourtière,
  • Un réchaud pour maintenir les préparations à température, très pratique quand on reçoit, pour un buffet, etc.

Je me le suis offert en version 6 litres à l’automne dernier, profitant d’une offre intéressante sur Amazon, et je l’ai immédiatement adopté avec enthousiasme, remplaçant ainsi ma cocotte-minute, mon cuit-vapeur et ma yaourtière, que j’ai donnés ou revendus. (Pour le moment nous gardons notre rice cooker parce que nous y sommes très attachés ; je vous en parle dans ma recette de riz à la noix de coco et aux épices.)

Mon Instant Pot en action

Mon Instant Pot en action ; modèle disponible sur Amazon.

Lire la suite »

Le Meilleur de mai

Meet them at the door laughing

"Accueille-les à la porte en riant"

• Le manuscrit de mon nouveau livre de cuisine Tasting Paris est passé entre les mains de mon éditrice, et les photos ont toutes été réalisées par la talentueuse Nicole Franzen. Nous travaillons maintenant sur la mise en page du livre, et je vais bientôt recevoir le manuscrit de la part de la relectrice, dont le travail est de s’assurer que tout est bien carré. Je suis très heureuse de la façon dont tout ça prend forme, et je suis impatiente de vous montrer quelques éléments bientôt. Le livre sera publié aux États-Unis au printemps 2018 ; on espère bien trouver preneur pour les droits de publication dans d’autres pays, et en particulier en France.

• Je suis retournée dîner chez Champeaux avec des amis de passage à Paris. J’adore l’endroit, sous la nouvelle canopée des Halles, et le menu de classiques révisités, comme l’onglet sauce au poivre ci-dessous, dont je propose d’ailleurs une recette dans Tasting Paris. J’ai également une version de leur poulet en crapaudine au citron. Ces deux recettes ont été particulièrement plébiscitées par mes testeurs, et j’ai hâte de les partager avec vous quand le livre sortira.

Champeaux et Poilâne

Steak au poivre chez Champeaux ; Tartine australienne au Comptoir Poilâne.

• L’équipe de Poilâne a remanié la formule de ses restaurants parisiens : ils s’appellent désormais Comptoirs Poilâne et le menu propose des recettes innovantes autour de leurs céréales et farines de qualité, comme un délicieux pain de maïs et un muesli d’orge. Pas d’inquiétude, les tartines restent en place, et naturellement j’adore celle à l’avocat, baptisée l’Australienne.

• Mon amie Catherine Taret vient de publier son premier livre, intitulé Il n’est jamais trop tard pour éclore, au sujet des late bloomers, ces personnes qui trouvent leur voie ou leur vie un peu plus tard que la moyenne. C’est un carnet inspirant et plein d’humour qui documente son cheminement personnel, avec des photos et des dessins. Je le recommande !

Petit déjeuner

Petit déjeuner avec un bon bouquin et mon mug chéri

Lire la suite »

Quatre-quarts sarrasin et chocolat

Quatre-quarts sarrasin et chocolat

J’adore les quatre-quarts. Dans mon enfance, j’ai eu une longue phase « quatre-quarts breton » au petit déjeuner. Je parle du quatre-quarts breton du supermarché, hein, tout jaune, tout en longueur et cuit dans un papier un peu mou. Je l’aimais légèrement rassis, donc je coupais les tranches à l’avance, et il était vraiment à point au bout de trois ou quatre jours. Une sorte d’affinage de quatre-quarts, vous voyez.

Je n’ai découvert qu’assez récemment la beauté du quatre-quarts maison, et c’est devenu mon gâteau je-le-fais-les-yeux-fermés, en alternance avec le gâteau au yaourt.

Vous connaissez le principe lumineux du quatre-quarts ? On pèse les oeufs, on ajoute le même poids de sucre, de beurre fondu et de farine, et hop ! au four.

Bon, ce que cette formule mnémotechnique ne dit pas, c’est s’il faut peser les oeufs avec ou sans la coquille, et combien de levure chimique il faut ajouter. Mais pour être honnête, ça n’a que peu d’importance. On ne construit pas une fusée ; on fait un gâteau. Vous pesez avec ou sans la coquille, vous mettez une ou deux cuillerées de levure, comme vous le sentez, ça ira bien.

Et c’est une recette qui se prête de bonne grâce à diverses variations — je n’aime rien tant que les recettes qui se prêtent de bonne grâce à diverses variations, ce sont mes meilleurs copines du monde — et je vous présente aujourd’hui l’une de mes préférées : le quatre-quarts sarrasin et chocolat.

Quatre-quarts sarrasin et chocolat

Lire la suite »

Chou-fleur rôti, fromage bleu et noix caramélisées

Chou-fleur rôti, fromage bleu et noix caramélisées

En préambule de cette recette de chou-fleur rôti, j’aimerais vous livrer l’une des plus belles leçons que mes enfants m’ont apprise, et c’est de mieux apprécier les gens et les choses.

Les apprécier eux en tant que petits êtres humains et apprécier leur père incroyable : absolument. Apprécier ce que mes parents ont fait pour moi au fil des décennies, et l’importance des vrais amis : ça aussi.

Mais plus égoïstement, avoir des enfants m’a appris à apprécier beaucoup de choses dont je ne mesurais pas la vraie valeur dans ma vie d’avant. Des choses qui me nourrissent, m’animent, et qui font que je suis moi, mais qui ont été un peu mises de côté pour faire de la place à d’autres choses, qui me nourrissent d’une autre façon, m’animent d’une autre façon, et définissent une autre partie de moi.

Tout ça est pour le mieux : chapitre de nos vies… grandissent tellement vite… un jour tu te réveilles… quitté la maison… etc., etc.

Je me sens riche de cette nouvelle façon de voir les choses*, qui me permet d’éprouver le délice le plus complet lorsque j’ai réussi à lire trois pages de mon bouquin au bac à sable le dimanche matin (à coups de demi-paragraphes) ; quand je fais mes exercices de lettrage et qu’ils font du coloriage à côté de moi ; lorsque tout le monde est enfin endormi et que je me glisse au lit avec un nouvel épisode d’une série captivante.

Chou-fleur rôti, fromage bleu et noix caramélisées

Et nos date nights, ces soirs où notre super baby-sitter vient s’en occuper ? Ah, l’anticipation, l’excitation, la magie de descendre les escaliers le coeur battant et de sortir dans le soir, juste nous deux, la ville à nos pieds !

Parfois, nous dînons tranquillement dans un de nos restos de quartier préférés. Ou alors, nous nous organisons une soirée dans une nouvelle adresse qui nous enthousiasme.

Lire la suite »

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.