Sablés au sésame noir

Après les événements de la semaine dernière, il a fallu que je prenne un peu d’élan pour écrire ici. L’actualité et la politique ne sont pas les sujets sur lesquels je choisis habituellement de m’exprimer, et j’imagine que ce n’est pas non plus ce que vous venez chercher ici, mais il m’a semblé inconcevable de faire comme si de rien n’était.

Au lendemain de ces actes ignobles et insensés, qui ne font que renforcer ma grande inquiétude sur le monde que nous construisons et la société dans laquelle nous vivons, je choisis de voir le bon côté des choses : l’élan de rassemblement historique, et les expressions de soutien international. Je suis trop réaliste pour imaginer que cette réaction extraordinaire aura quelque effet durable sur les vrais problèmes sous-jacents, mais pour quelques jours au moins, un nombre colossal de Français ont pu marcher, parler et pleurer comme un seul homme, et c’est suffisamment rare pour être savouré.

Ces sablés ont une allure étonnante, la saveur unique et envoûtante du sésame noir, et la texture délicieuse que je recherche toujours dans mes sablés, délicate et friable.

Comme beaucoup, il m’a semblé impossible d’écrire pendant que tout ça se déroulait — tout me paraissait tellement dérisoire — mais comme une amie me l’a dit généreusement, écrire sur la cuisine, la culture ou les voyages, ça permet d’amener des gens d’horizons différents à se comprendre et à se respecter, et c’est déjà quelque chose.

En tout cas, j’ai pensé qu’il était approprié de commencer l’année sur une note à la fois sombre et douce avec ces sablés au sésame noir. C’est une recette que j’ai créée pour ELLE à table, le magazine de cuisine qui accueille une rubrique bimensuelle de mon cru, et qui m’a donné l’occasion de chanter les louanges de la pâte de sésame noir dans le numéro des fêtes. Il s’agit d’une purée d’oléagineux comme le beurre de cacahuète ou la purée d’amande, fabriquée à partir de sésame noir torréfié et moulu. C’est onctueux et d’un noir brillant, et j’aime en garder un pot sous la main pour en glisser dans toutes sortes de préparations, principalement sucrées, ou bien l’étaler simplement sur ma tartine de pain au levain du matin.

Ces sablés ont une allure étonnante, la saveur unique et envoûtante du sésame noir que vient chatouiller une pointe de sel, et la texture délicieuse que je recherche toujours dans mes sablés, délicate et friable. Je suis consciente que ces qualités ne contribueront pas immédiatement à la paix dans le monde, mais si vous pouvez les partager et rendre la journée de quelqu’un plus douce, ce sera un pas dans la bonne direction.

PS : Une panna cotta au sésame noir, les irrésistibles sablés d’Yves Camdeborde, et la galette des rois que vous avez jusqu’à la fin du mois pour confectionner, avec peut-être votre propre pâte feuilletée simplifiée.

Sablés au sésame noir

Lire la suite »

Le Meilleur de 2014

Bonne année ! J’espère que 2015 sera pour vous une année pleine de joies, petites et grandes, d’aventures excitantes, de rencontres enrichissantes, d’expériences inspirantes et bien sûr, de repas délectables. Cette année s’annonce particulièrement remplie pour moi — à commencer par la sortie de mon nouveau livre Veggivore chez Hachette début février — et j’ai hâte de vous reparler de mes divers projets.

Au moment où nous tournons la page 2014, je prends un moment pour me remémorer cette excellente année et ces quelques morceaux choisis :

Plus gros changement sur C&Z : Un tout nouveau design, dans lequel je me sens aussi bien qu’au premier jour, et le retour des fonds d’écran calendriers.

Lecture la plus édifiante : The Third Plate, par mon héros culinaire Dan Barber. Si vous lisez l’anglais, je vous recommande ce livre, remarquablement bien écrit, qui bouleversera votre perception de notre système alimentaire, sans culpabilité ni sensationnalisme.

Nouvel appareil préféré : Mon super griddler et ses plaques à gaufres, grâce auxquels je fais des tournées de croque-monsieur hebdomadaires et toutes sortes de gaufres, y compris ces diaboliques gaufres liégeoises.

Le cadeau comestible qui a fait le plus d’heureux autour de moi : ce chocolat au couteau clouté de granola à la cannelle.

Mon petit déjeuner préféré : du granola paléo avec yaourt maison et fruits de saison, suivi de près par ces biscuits sains aux flocons d’avoine.

Ma mise au vert préférée : louer une maison dans les Pyrénées ariégeoises avec quelques amis, et découvrir une petite enclave néo-hippie des plus sympathiques et des paysages sublimes et préservés.

Mes nouvelles adresses parisiennes préférées : Cuisine, Le Look, Peco Peco, Lockwood, Porte 12, Flesh et Bululu.

Maquereau au chalumeau chez Porte 12

Maquereau au chalumeau chez Porte 12

Meilleures reproductions maison d’un produit que j’achetais tout fait : les chips de kale vegan au « fromage », et les Figolu faits selon la recette de la Super Supérette.

Plus grande fierté pâtissière : ces madeleines parfaites.

Nouveaux snacks rapides préférés : des rouleaux de nori à l’avocat et au concombre et des noix de cajou grillées à la sauce de soja (pas en même temps, quoique).

Mes astuces de voyage préférées : jeûner contre le décalage horaire et comment constituer un kit minimaliste pour cuisiner en vacances.

Nouvelle habitude culinaire que je me suis efforcée d’adopter : la planification de nos repas.

Nouvelle façon de manger du vert : cette quiche de verdure aux noix.

Mon dîner de semaine préféré à préparer à l’avance : les falafels au four.

Mon classique revisité préféré : le clafoutis aux cerises à la farine de châtaigne.

Ma nouvelle soupe préférée : cette soupe ayurvédique de courge butternut et lentilles.

Ma nouvelle base de pâtisserie préférée : une pâte feuilletée simplifiée qui permet notamment de faire de divines tartes fines aux pommes.

Nouvelle façon de se faire cuire un oeuf : cette omelette à un oeuf très kid-friendly.

Ma façon préférée de cuisiner le brocoli : roussi !

Et vous ?

Qu’avez-vous lu, vu, vécu, goûté et adopté en 2014, et qu’est-ce qui vous a le plus marqué ?

Le mur végétal de la rue d'Aboukir

Le mur végétal de la rue d’Aboukir

Fond d’écran calendrier : Janvier 2015

Bonne année !

Au début de chaque mois en 2015, j’offre aux lecteurs de C&Z un nouveau papier peint à mettre en fond d’écran sur votre ordinateur, avec une photo en lien avec la cuisine et un calendrier du mois en cours.

Pour le mois de janvier, je vous propose une photo de mes madeleines parfaites basées sur la recette de Fabrice Le Bourdat, le chef pâtissier de Blé Sucré.

Les instructions pour télécharger votre calendrier sont ci-dessous.

Lire la suite »

Bûche de Noël à la framboise

Les fêtes arrivent à grands pas, et si vous ne savez toujours pas quoi faire pour le dessert, j’ai à peine une longueur d’avance sur vous : nous sommes reçus chez la mère de Maxence pour le déjeuner de Noël, j’ai proposé d’apporter le dessert, et je ne me suis décidée qu’hier, après avoir fait un essai pour m’assurer que la recette marchait comme je l’imaginais.

Pour un repas de Noël, la bûche reste quand même le dessert attendu, mais selon le niveau de la pâtisserie où on l’achète c’est soit ultra chargé en crème au beurre, un poil kitsch et vraiment trop sucré*, soit une « création » raffinée qui coûte le double du reste du repas et implique de faire la queue dans le froid au milieu d’autres clients stressés qui commencent à paniquer sur la longueur de leur to-do liste.

J’ai pour ma part une nette préférence pour ce qui est simple et paisible, et j’ai l’intention d’apporter cette bûche maison vraiment facile à faire, roulée sur une crème à la vanille (un mélange de fromage blanc et de mascarpone) et garnie de framboises. C’est un dessert moelleux et rafraîchissant, léger, peu sucré et ponctué des notes acidulées de la framboise — exactement le genre de dessert dont on a envie à la fin d’un repas un peu riche.

Deux des convives de notre déjeuner ne mangent pas de chocolat (!), mais si ce n’était pas le cas j’aurais peut-être ajouté des copeaux de chocolat noir dans la garniture et un peu de poudre de cacao saupoudrée sur le dessus. J’ai aussi envisagé d’ajouter des noisettes concassées ou de la noix de coco torréfiée à la crème, mais j’ai décidé de m’en tenir au mariage simple et efficace de la vanille et de la framboise.

Ce n’est certes pas la saison des framboises (à moins bien sûr d’habiter dans l’hémisphère Sud) mais je les achète congelées et je vis assez bien cette exception à ma cuisine de saison habituelle. Pour une garniture plus hivernale, vous pouvez remplacer les framboises par des poires pochées et coupées en dés, en leur ajoutant éventuellement quelques noix grillées ou des brisures de marrons glacés pour réhausser le goût et la couleur.

En ce qui concerne la déco, j’opte une fois de plus pour la simplicité, mais vous pouvez placer des petites étoiles en papier sur le gâteau pour faire pochoir lorsque vous saupoudrerez le sucre glace, vous pouvez verser un filet de chocolat fondu ou de caramel en zig zag sur le dessus, ou vous pouvez planter une rangée de ravissants sapins en pâte d’amande sur la crête de la bûche.

Participez à la conversation !

Allez-vous cuisiner pour les fêtes cette année ? Qu’avez-vous prévu ? Et avez-vous déjà fait, ou voulu faire, votre propre bûche de Noël ?

PS: Ma recette de dacquoise à la framboise, tout aussi festive, et pour offrir, des bouchées croustillantes choco-gingembre et d’excellents croquants aux amandes et à la fleur d’oranger.

* Et même pas nécessairement fait maison : de plus en plus de pâtisseries se contentent de revendre des bûches industrielles surgelées. Quand une petite pâtisserie de quartier semble proposer beaucoup de tailles et de modèles, ça vaut le coup de demander si elles sont faites maison. Vous avez encore quelques jours pour visionner le documentaire de France 5 sur le sujet : Noël, une bûche à tout prix!

Bûche de Noël à la framboise

Lire la suite »

Soupe de lentilles roses réconfortante

Les jours raccourcissent, le froid s’installe et le rhume aussi : c’est le moment de s’offrir un bon bol bien chaud plein d’ingrédients boosters d’immunité, et c’est précisément la mission que se donne cette soupe.

La recette est tirée de l’exemplaire que j’ai reçu de My New Roots, le livre de Sarah Britton qui ne sortira qu’au printemps, mais il se trouve qu’elle est aussi publiée sur son blog du même nom.

Ce livre est truffé de belles et bonnes idées, avec une multitude de recettes que j’ai très envie d’essayer, mais c’est celle-ci que j’ai choisie en premier : elle est très rapide à faire, ne nécessite pratiquement aucune préparation en amont, et fait appel à des ingrédients que vous êtes susceptibles d’avoir déjà sous la main au moment où vous lisez ces lignes.

Le résultat, c’est une soupe remarquablement satisfaisante qui joue sur tous les tableaux du goût — la douceur des lentilles, le boisé du cumin, l’acidité du citron, l’umami des tomates, l’ardeur du gingembre et du poivre de Cayenne — et je la vois déjà se faire une place bien au chaud dans mon répertoire hivernal.

Participez à la conversation !

Quel est le plat que vous aimez préparer une fois la bise venue, quand vous avez besoin de douceur et de réconfort ?

PS : Un curry de légumes d’hiver, des biscuits noix et chocolat, et un pickle de carottes au gingembre super facile.

Soupe de lentilles corail

Lire la suite »

Recevez la newsletter

Une fois par mois, vous recevrez un rappel des derniers billets publiés, plus de l'inspiration et des infos exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié pour chaque nouveau billet.