Fond d’écran calendrier : Octobre 2014

Au début de chaque mois en 2014, j’offre aux lecteurs de C&Z un nouveau papier peint à mettre en fond d’écran sur votre ordinateur, avec une photo en lien avec la cuisine et un calendrier du mois en cours.

Pour le mois d’octobre, je vous propose une photo de mon bocal de granola, que je prépare toujours un peu différemment selon ce que j’ai sous la main, mais qui suit toujours cette formule de base. Et dans la famille granola, dont je suis friande, j’ai plus d’une recette dans mon sac : voyez plutôt ce granola cru au sarrasin, ce granola salé, et ce granola paléo.

Les instructions pour télécharger votre calendrier sont ci-dessous.

Lire la suite »

Favoris de septembre

Quelques-unes de mes lectures et trouvailles préférées pour le mois de septembre :

~ Avez-vous déjà eu envie d’un tatouage inspiré par la cuisine ? Votre mère préfèrerait que vous essayiez un de ces tatouages temporaires avant de vous décider.

~ Une recette toute simple pour faire des esquimaux au yaourt. Ça fait un moment que j’ai envie de m’acheter des moules et je vais peut-être me laisser convaincre.

~ Qui fait le meilleur pain au chocolat de Paris ?

~ Vous avez jusqu’au 3 janvier pour aller à Paris voir cette exposition sur l’histoire fascinante des cuillères (si, si !).

~ Petite visite photographique de mon quartier.

~ Je devrais faire des temaki sushi plus souvent.

~ Julien Alvarez est un jeune pâtissier à suivre de près ; voici quelques unes de ses créations au Peninsula.

~ J’ignorais totalement qu’il y avait un code couleur pour les capsules sur les bouteilles de vin.

~ A quoi ressemblent les menus des cantines scolaires japonaises.

~ Quelques signes qui indiquent qu’un restaurant sert vraiment du « fait maison ».

~ Quelles sont les moins pires des marques de thon en boîte ?

Noix de cajou grillées à la sauce de soja

J’adore le rayon vrac de mon supermarché bio.

J’aime l’idée de limiter les emballages, dans la mesure où je m’efforce de rapporter et réutiliser les mêmes sachets en papier jusqu’à ce qu’ils tombent d’épuisement. J’aime payer moins cher pour les mêmes produits et ingrédients, et j’aime avoir l’opportunité de goûter de nouveaux aliments en petites quantités, sans être obligée d’acheter un paquet entier.

C’est comme ça que j’ai récemment découvert les noix de cajou au shoyu de chez Jean Hervé — une super marque pour toutes les purées d’oléagineux — qui se sont avérées délicieuses, croquantes et torréfiées et salées mais pas trop quand même.

Je me suis surprise à plonger la main dans le bocal pour grignoter en attendant le dîner, et j’en ai pas mal saupoudré sur mes salades à l’heure du déjeuner, tant et si bien que mon échantillon s’est vite volatilisé.

Bien sûr, j’aurais pu retourner au magasin pour en racheter — et quel plaisir d’actionner ces leviers ! — mais en comparant le prix des noix de cajou nature et celui des noix de cajou au shoyu, je me suis aperçue qu’on payait 30% de plus pour un peu de sauce de soja et un passage au four, ce dont je peux très bien m’occuper moi-même.

Et c’est effectivement très facile : il suffit de verser de la sauce de soja sur les noix de cajou, et de les laisser l’absorber toute une nuit avant de les faire rôtir au four, pour que les noix de cajou deviennent croquantes pendant que la sauce de soja sèche et caramélise

On peut les servir à l’apéritif — j’aime bien les disposer sur les ravissantes planchettes à découper qu’Earlywood fait maintenant — ou quand on a un petit creux pendant la journée (je préfère vous prévenir, c’est très, très dur de s’arrêter), on peut en mettre dans ses salades, ou les emballer joliment pour les offrir en cadeau gourmand.

Lire la suite »

Salade de brocoli roussi à l’avocat

Le brocoli roussi est en train de devenir un des standards de mon répertoire, surtout à l’heure du déjeuner quand j’ai besoin de préparer quelque chose de facile et de rapide.

Tout a commencé avec mon bien-aimé chou-fleur rôti à la Mary Celeste, dans lequel il m’est arrivé de mettre du brocoli. Mais en réalité, le brocoli rôti est assez différent de son cousin le chou-fleur rôti : le sommet des fleurettes sèche plus vite et devient plus croustillant, et je trouve donc que le broccoli mérite un traitement plus crémeux.

Le secret pour réussir cette salade, c’est de ne pas avoir peur de pousser la cuisson du brocoli.

Et quoi de plus crémeux qu’une sauce tahini aux herbes et quelques dés d’avocat ? Quoi de plus savoureux et de plus satisfaisant comme mariage ?

Je mange généralement la moitié de cette salade encore tiède le jour-même, et j’essaie de contenir mon excitation jusqu’au déjeuner du lendemain, lorsqu’il est enfin l’heure de déguster l’autre moitié. Il est préférable alors de la sortir du réfrigérateur 30 minutes avant.

Le secret pour réussir cette salade, c’est de ne pas avoir peur de pousser la cuisson du brocoli : on obtient le maximum de saveur et le contraste de texture le plus plaisant quand les fleurettes sont franchement colorées.

Le seul obstacle à mon enthousiasme, c’est qu’il est plus difficile qu’il n’y paraît de trouver du brocoli vraiment frais dans les magasins bio de mon quartier. On reconnaît le brocoli frais à ce qu’il est ferme, avec des petits bouquets bien serrés qui résistent quand on essaie de les séparer. Et pourtant, le plus souvent, le rayon légumes ne propose que des têtes un peu ramollies, avec des fleurettes qui ont l’esprit ailleurs. J’ai appris récemment qu’on pouvait raviver un brocoli tristounet en coupant le bout de la tige qu’on plonge ensuite dans un verre d’eau fraîche, comme si c’était un vase. J’essaierai peut-être la prochaine fois si mon envie devient trop forte.

Participez à la conversation !

Vous aussi, vous êtes fan de brocoli roussi ? Comment aimez-vous le servir ?

Salade de broccoli roussi à l'avocat

Lire la suite »

Sauce romesco verte

J’ai récemment tweeté tout le bien que je pense de la muhammara, ce somptueux dip moyen-oriental aux poivrons grillés et aux noix qui gagnerait à être mieux connu. En réponse, Pami Hoggatt, l’auteur du blog A Crust Eaten, m’a fait remarquer que ça ressemblait beaucoup à la sauce romesco espagnole.

La salsa romesco est une spécialité catalane faite à partir de poivrons grillés mixés avec des fruits à coque, de l’huile d’olive et un peu de vinaigre.

Je suis ravie qu’elle m’en ait parlé, parce que cette sauce romesco avait inexplicablement échappé à la vigilance de mon radar culinaire et j’étais heureuse de faire sa connaissance : la salsa romesco est une spécialité catalane qui peut prendre diverses formes, textures et parfums, mais d’une façon générale c’est une sauce faite à partir de poivrons grillés mixés avec des fruits à coque, de l’huile d’olive et un peu de vinaigre. Selon les recettes, on peut ajouter différents ingrédients, mais ça tourne toujours autour de cette formule élémentaire.

Pami m’a donné la recette qu’elle utilise, et par coïncidence, The Kitchn a publié au même moment une mignonne mini-vidéo de leur « happy sauce », qui n’est autre qu’une sauce romesco.

Il se trouve que j’avais sous la main une collection de tout petits poivrons dans diverses nuances de jaune, vert, et oeil au beurre noir, et il ne m’a pas fallu longtemps pour décider de sceller leur destin dans cette délicieuse sauce romesco verte.

Petits poivrons

Lire la suite »

Recevez la newsletter

Une fois par mois, vous recevrez un rappel des derniers billets publiés, plus de l'inspiration et des infos exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié pour chaque nouveau billet.