Quoi faire au lieu d’une détox : Démarrer l’année avec plus de douceur

Janvier s’éveille depuis quelques jours à peine, et déjà vous êtes assailli de messages promouvant les régimes et autres détox.

Vous êtes sans doute un peu beaucoup tenté. On le serait à moins : l’injonction est omniprésente, et vous vous sentez saturé par tous ces repas festifs. Mais il y a plus d’une façon de gérer cette période post-fêtes, et j’aimerais proposer une alternative à l’auto-flagellation.

Au lieu de plonger à corps perdu dans la culpabilité collective, l’écoeurement de vous, la honte diffuse, la restriction alimentaire, les cures plus ou moins fantaisistes, et l’inévitable retour de bâton qui s’ensuit, pourquoi ne pas consacrer ces ressources considérables de temps, d’énergie et de jus de cerveau à faire la paix avec la nourriture et avec votre corps.

C’est assez révolutionnaire.

Parmi les gens assez passionnés par la nourriture pour lire des blogs de cuisine — voire même en créer un — je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup dont le rapport à l’alimentation est parfaitement insouciant. D’ailleurs, je pense depuis longtemps que la majorité des blogueurs culinaires démarrent leur blog en partie pour mieux comprendre cette relation particulière ; c’est en tout cas vrai pour moi.

Et ça n’a rien d’étonnant. Nous vivons dans des sociétés profondément obsédées par le corps, qui érigent en modèle des standards impossibles avec lesquels nous nous débattons. Les enjeux économiques de cette insatisfaction chronique sont majeurs.

C’est vrai aux États-Unis, société que je connais assez bien et qui influence qu’on le veuille ou non le monde entier, et c’est presque plus insidieux chez nous : la femme française doit en plus composer avec sa réputation internationale de minceur et d’élégance, naturelles et sans effort. Mais pour dire les choses tout à fait simplement : je ne me souviens pas d’un seul moment de ma vie, passé l’âge de huit ou neuf ans, où j’ai été parfaitement satisfaite de mon corps et de mon apparence. Ça me donne le vertige. Et vous ?

Cette obsession et ses conséquences prennent des formes différentes selon les cultures, mais ce sont des schémas de pensée si profonds, si intériorisés, que peu d’entre nous en ont consicence, et les remettent en cause.

Je suis de plus en plus consciente de tout ça depuis un ou deux ans — dans la façon dont j’habite mon propre corps, et dans mon environnement, à la fois sur Internet et dans la vraie vie. La body positivity* et l’amour de soi sans condition** sont des idées radicales qui me séduisent infiniment.

J’ai récemment visionné le nouveau documentaire The Illusionists de mon amie Elena Rossini, qui dévoile les rouages du marketing international de la beauté inaccessible. Il porte un message si important, si éloquent, si libérateur que je voulais le partager avec vous, et j’ai cinq exemplaires en téléchargement à vous faire gagner (détails au bas de ce billet ; disponible avec sous-titrage en français).

The Illusionists : Un documentaire sur le marketing de la beauté inaccessible.

The Illusionists : Un documentaire sur le marketing de la beauté inaccessible.

Lire la suite »

10 Résolutions culinaires pour une année heureuse et délicieuse

Bonne année ! J’ai toujours aimé cette page blanche de début janvier. S’il est important de prendre un moment pour se féliciter de tout ce qu’on fait déjà d’extraordinaire (si, si, vous êtes super !), c’est aussi l’occasion d’adopter de nouvelles bonnes habitudes pour l’année qui s’ouvre.

Je vous propose donc 10 résolutions culinaires inspirantes mais accessibles pour vous faire la vie plus belle en cuisine. Partagez les vôtres dans les commentaires, ou sur les réseaux sociaux avec le hashtag #cnzresolutions !

Lire la suite »

Le Meilleur de décembre

Alors, ces fêtes, comment ça se passe ? Des projets sympathiques pour le réveillon du Nouvel An ? N’oubliez pas mon billet de recettes de fêtes et mes meilleures idées de cadeaux gourmands !

Nous avons passé cette année un Noël intime et délicieux. Maintenant que mes fils ont respectivement 4 ans et demi et presque deux ans, on est en plein dans la magie de la fête.

En plus du vélo de grand pour Milan (des petites roulettes ? pour quoi faire ?) et de l’adorable dînette avec légumes en crochet pour Mika, Maxence et moi avons pris plaisir à racheter d’occasion quelques jouets vintage de notre propre enfance : de « vraies » briques Lego toutes simples (pas les briques hyper-spécialisées qu’on vend aujourd’hui et qui musèlent l’imagination) et toute une collection de figurines de Schtroumpfs avec la maison-champignon et tout et tout. Un régal pour tous les âges.

Les chaussures de la famille

En ce moment, j’aime…

  1. Pour mon challenge du musée mensuel, je suis allée au Grand Palais voir l’exposition Hergé en suivant la visite guidée de Catherine Rosane, du duo de conférencières indépendantes Fred & Kate (écrivez-leur pour recevoir le programme des expos qu’elles couvriront en 2017 !). J’ai adoré découvrir l’expo à travers le regard riche et critique de Catherine, en griffonnant dans mon carnet tout du long (voir ci-dessous). Je suis maintenant plongée dans la biographie écrite par le génial Benoît Peeters, Hergé fils de Tintin.
  2. Mon interview « foodie » sur le blog d’une autre Clotilde.
  3. En plus de mon challenge muséal mensuel, je m’ajoute une autre dimension d’enrichissement pour 2017 : je vais choisir un poème par mois à apprendre par coeur. Ça fait des années que je n’en connais que deux (Mon Rêve familier et Le Dormeur du val), et je viens d’apprendre celui-ci, qui a attrapé mon regard dans un exemplaire des Fleurs du Mal feuilleté chez Aloha Café. J’aime l’idée que d’ici la fin de l’année, si tout va bien, j’en connaîtrait douze autres ! Ça vous dit de vous joindre à moi ?
  4. Les repas à La Mascotte, la brasserie Belle Époque de la rue des Abbesses à Montmartre, où la cuisine est classique et excellente, et le service vraiment gentil. J’adore.
  5. Nos nouveaux mugs japonais faits main, vert mousse et jaunes, achetés chez Amami à Paris. Je prévois de passer l’hiver à caresser la douceur mate de leurs flancs d’argile.
Mon croquis de la 2CV d'Hergé

Mon croquis de la 2CV d’Hergé

Retrouvez mes adresses parisiennes préférées sur cette carte et rejoignez-moi sur Instagram vous y suivre au quotidien mes aventures culinaires et parisiennes.

Mes Meilleures recettes pour les fêtes

(Sublime piano : La Cornue)

Noël n’est plus qu’à quelques jours (sans vouloir vous stresser ni rien) et j’ai été étonnée de m’apercevoir que, en treize ans de Chocolate & Zucchini, je n’ai jamais publié de billet proposant mes idées de recettes pour les fêtes.

Voici donc sans plus tarder, mes conseils pour les repas de fête. J’espère que ça vous aidera si vous recevez et que vous êtes donc en pleine planification de menu pour Noël ou pour le Réveillon du Nouvel An ; ou si vous êtes reçu et que vous avez promis à vos hôtes d’apporter votre contribution au repas.

Vous trouverez encore plus d’idées de recettes pour les fêtes et de conseils inédits dans mon e-book Chocolate & Zucchini : Le Livre, qu’il est encore temps de vous offrir pour les fêtes !

NB : En France et dans ma famille, les repas de fête restent très omnivores et c’est ce que reflète ce billet. Si vous avez envie de recevoir autour d’un repas sans viande, je vous renvoie à mon article paru dans le ELLE à Table de novembre-décembre 2014, et les livres Recevoir en Bio, Noël vegan et Joyeux Noël vegan.

Réveillon de Noël, réveillon du Nouvel An

En France, en général, on se réunit en famille pour dîner ensemble la veille de Noël, et il y a souvent un deuxième repas le lendemain, pour le déjeuner de Noël. Soit on prend les mêmes et on recommence, soit on se réunit avec une autre partie de la famille.

Noël est largement fêté à la maison, et d’ailleurs la plupart des restaurants sont fermés la veille et le jour de Noël pour que le personnel puisse être en famille. C’est considéré comme une fête intime réservée aux membres de la famille et aux proches amis, donc quand on est un invité extérieur, c’est un vrai honneur.

Selon les familles, on ouvre les cadeaux après le dîner la veille de Noël, ou bien le matin du jour de Noël. Dans ma famille, ça a toujours été le matin, et maintenant que j’ai des enfants je comprends pourquoi : allez donc mettre au lit des petits qui viennent de découvrir leur robot télécommandé ! (Alors que le matin de Noël, les parents peuvent somnoler pendant que les enfants jouent avec ledit robot.)

Pour ce qui est du réveillon du Nouvel An, on le fête plus souvent avec des amis qu’en famille, et c’est plus une affaire d’adultes. S’il y a des enfants petits, on les met au lit sur le tôt ou on les laisse s’endormir sur un coin de canapé, mais ils ne sont pas au centre de la fête. (Désolée les chouchous.)

Il y a des gens qui sortent dîner pour la Saint-Sylvestre (nom délicieusement désuet), mais je ne sais pas qui ils sont et je préfère ne pas me joindre à eux. Dans mon cercle d’amis, on est plus susceptible d’organiser un bon dîner chez les uns ou chez les autres, et peut-être sortir plus tard, ou plus simplement pousser les meubles et faire la fête à la maison*.

Lire la suite »

Gratin de lumaconi farcis, courge butternut et châtaignes

Je vais vous faire un aveu : je suis une collectionneuse de pâtes invétérée.

Dans les épicerie fines, italiennes en particulier, j’adore étudier les différentes formes et imaginer lesquelles se prêteront mieux à des sauces fluides ou à des sauces avec morceaux. J’adore les noms qu’elles portent (crêtes de coq, radiateurs, petites oreilles, dés à coudre), j’adore les emballages tradi, et j’adore le fait qu’on peut, pour quelques euros, s’offrir un paquet de quelque chose qui embellit le quotidien culinaire — sans parler de la promesse d’un repas vite préparé.

Avant d’avoir des enfants, il fallait que je me restreigne un peu dans mes achats, parce que mes placards débordaient plus vite que Maxence et moi ne mangions de plats de pâtes. Mais avec deux petits garçons qui en mangeraient à tous les repas s’ils le pouvaient — les pâtes froides de la veille au petit dej’, ils l’ont fait — j’ai carte blanche et c’est merveilleux.

Alors quand j’ai eu l’opportunité de créer une recette pour Garofalo, je me suis dit, quelle chance ! Et j’ai eu un coup de coeur immédiat pour leurs lumaconi, ces grosses pâtes en forme d’escargot, vendues dans un paquet dodu qui déborde de gourmandise.

Lumaconi farcis, courge butternut et châtaigne: Ingrédients

Lire la suite »

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.