Des Aventures parisiennes qui se mangent

Clotilde's Edible Adventures in Paris

Joie, bonheur et tout ce qui s’ensuit, c’est aujourd’hui que sort mon nouveau livre aux Etats-Unis.

Clotilde’s Edible Adventures in Paris est un livre sur les restaurants et commerces de bouche parisiens : j’y livre mes adresses préférées — du néo-bistro au salon de thé en passant par les pâtissiers, les cavistes, et bien plus encore — accompagnées de recettes et de conseils pour se délecter de la capitale de la gourmandise.

Ce livre sort dans un premier temps en Amérique du Nord (mais sera disponible dans les librairies anglo-saxonnes de l’Hexagone) et je m’apprête à partir pour New York, où démarrera dans quelques jours mon book tour — voici la liste des signatures, si par chance vous vous trouvez dans les environs.

Pour en savoir plus sur ce nouveau titre, lire des critiques et des extraits, rendez-vous sur le mini-site (en anglais) que j’ai créé pour l’occasion.

Lire la suite »

Qu’est-ce qu’on mange à Amsterdam ?

Stroopwafel

Ce petit weekend a débuté sous les pires auspices.

Nous aurions pu prendre le temps de passer à la boulangerie sur le chemin de la Gare du Nord, avant de monter dans le train qui allait nous emmener à Amsterdam en quatre petites heures. Au lieu de ça, nous avons choisi de dormir dix minutes de plus, et nous nous sommes donc retrouvés, à l’heure du déjeuner, poussés par la faim vers la voiture 14 du Thalys, qui faisait office de voiture-bar.

Cela fait belle lurette que plus personne ne s’attend à un dîner fin à bord d’un train, je le sais bien, mais j’avais la faiblesse de penser que ce qu’on y trouvait était tout au moins mangeable. Et pourtant, les sandwiches en mousse de polystyrène que nous avons achetés, vendus sous le nom presque insultant pour nos amis transalpins de ciabatta poulet (j’en ris encore), ne ressemblaient ni de près ni de loin à quoi que ce soit de comestible. Alors oui, j’aime le réseau de trains à grande vitesse nord-européen, mais je n’oublierai plus jamais d’apporter mon manger.

Il y avait pourtant un joli revers à cette vilaine médaille, puisqu’elle nous a permis d’arriver à Amsterdam l’estomac dans les talons, ce qui est un état plus que souhaitable lorsqu’on visite une ville, la faim étant une boussole diablement efficace. Aussi, à peine nos bagages déposés, nous sommes ressortis en quête d’un endroit où déjeuner et nous avons atterri chez Lunchroom Klavertje 4, une sorte de café-cantine moderne et lumineux.

Les différentes variétés de charcuteries, fromages et crudités alignées derrière le comptoir avaient très bonne mine, et nous nous sommes attablés pour déguster ces opulents sandwiches ouverts : un pistolet (ce petit pain blanc cher aux Belges) recouvert de jambon chaud, de brie, et de sauce à la moutarde pour Maxence, et pour moi, deux tranches de pain complet qui gémissaient sous le poids d’une montagne de huttenkaas (l’équivalent hollandais du cottage cheese, vous l’aurez deviné).

Ce que ce premier déjeuner laissait présager, et ce que les repas suivants ont confirmé, c’est qu’on mange bien, et même très bien, à Amsterdam, des produits pétillants de fraîcheur, préparés avec soin, et facturés de façon raisonnable.

Lire la suite »

Chocolat & Zucchini à La Cocotte

Invitation

Le 10 avril, à partir de 18h, nous fêterons la sortie de Chocolat & Zucchini, la version française de mon livre de recettes, qui vient de paraître chez Marabout.

C’est à la délicieuse librairie parisienne La Cocotte que ça se passe, et il y aura à boire et à grignoter. (Voir l’invitation en grand.)

La Cocotte / où ça ?
5 rue Paul Bert, 75011 Paris
M° Faidherbe-Chaligny
Renseignements : 09 54 73 17 77

[Pour plus d’infos sur les prochaines signatures, aux Etats-Unis notamment, consulter la liste complète.]

Herbes fraîches : comment bien les conserver

Depuis le temps que je lis des magazines de cuisine, j’ai répertorié de nombreuses versions de cette astuce, toutes plus contradictoires les unes que les autres.

On vous conseille de les laver ou de ne pas les laver, de les emballer dans du plastique, dans un torchon, ou dans un sac en papier, de les garder à température ambiante, au frais, ou sous votre oreiller, ou même de les mettre dans un verre d’eau au réfrigérateur, comme un bouquet, ce qui fait beaucoup rire mon nano-frigo.

J’ai essayé toutes ces stratégies avec plus ou moins de succès — plutôt moins que plus, d’ailleurs — et après avoir jeté des brassées d’herbes fanées, j’ai enfin mis au point un modus operandi qui me satisfait pleinement ; le voici.

Lorsque je rentre du marché le samedi matin, je mets mes achats au frais, je bois une tasse de café tranquillement, et je m’y mets.

Lire la suite »

Exceptions Gourmandes de Philippe Conticini

Il doit y avoir des gens qui entrent dans les pâtisseries, jettent un oeil, commandent ce qui leur fait envie, et ressortent. Je ne sais pas comment ils font.

Prenez par exemple la nouvelle boutique de Philippe Conticini, à laquelle je me suis rendue le mois dernier, avant de partir en Australie. C’est une adresse de poche, à peine plus grande que ma cuisine, mais avec des murs en pierre apparente, et dont toute la façade est mangée par une porte en bois et une fenêtre qui donne sur la ravissante place du Marché Sainte-Catherine (qui est surtout ravissante un mardi après-midi en février, quand il n’y a que quelques chats).

Si l’évocation du nom de Philippe Conticini au paragraphe précédent vous a fait hausser un sourcil interrogateur, voici l’antisèche de rigueur : il s’agit d’un pâtissier de renom qui a officié à La Table d’Anvers, chez Pétrossian et au sein de la légendaire et néanmoins défunte Pâtisserie Peltier. Il a aussi publié des livres pleins de belles et bonnes idées (dont celui-ci, qui est si grand qu’on pourrait camper en-dessous) et lancé une société de conseil/traiteur baptisée Exceptions Gourmandes.

Macarons

Lire la suite »

Recevez la newsletter

Une fois par mois, vous recevrez un rappel des derniers billets publiés, plus de l'inspiration et des infos exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié pour chaque nouveau billet.