Bouchers parisiens : Mon Guide de la boucherie artisanale

Boucherie Viande & Chef

Lors de mes conversations avec mes amis et mes lecteurs, j’ai souvent recueilli des témoignages du type, « Ohlala, moi la viande, j’y connais rien, rien que l’idée de rentrer dans une boucherie, ça me paralyse ! »

Que ce soit un simple « louchébem » de quartier ou une boutique plus sophistiquée comme il en a ouvert à Paris récemment, acheter sa viande chez le boucher peut effectivement être une expérience un peu intense : il faut tout à la fois décider ce qu’on veut (souvent on n’en sait rien), rebondir sur les blagues du garçon boucher (ils ont de l’humour, c’est la tradition), et repousser l’air de rien la petite dame qui vous colle sa charrette et la truffe de son chien dans les mollets (vous la connaissez aussi ?).

Mais pour rien au monde je n’échangerais cette expérience contre les barquettes en polystyrène du supermarché : je préfère manger moins de viande moins souvent, mais acheter la qualité et la traçabilité.

À ce sujet, je suis ravie de vous faire part de la naissance d’une nouvelle boucherie durable à Paris : Benjamin Darnaud, que vous connaissez peut-être de la saison 1 de Top Chef, vient d’ouvrir Viande & Chef dans le 10ème arrondissement. Il achète ses carcasses entières à de petits éleveurs, et son équipe se donne pour mission d’utiliser avec talent absolument toutes les parties de l’animal, plutôt que de fournir une quantité disproportionnée des morceaux les plus prisés. Cette approche nose-to-tail (« du nez à la queue ») signifie qu’ils peuvent ne pas avoir exactement que vous cherchez ce jour-là, mais ils se rattraperont en vous faisant découvrir un truc obscur mais délicieux. (Nous les remercions de leur accueil pour la prise de vue ; crédit photo : Anne Elder.)

Et voici, sans plus tarder, mes 6 conseils pour acheter votre viande comme un boss.

Boucherie Viande & Chef

1. Connaissez les différents morceaux (ou pas)

Le boucher traditionnel vend une large gamme de viandes : boeuf, veau, agneau, porc, volaille, lapin, et gibier en saison (de fin septembre à fin février). On peut les acheter sous forme de morceaux « bruts » ou de préparations maison prêtes à cuire : saucisses, rôtis farcis, brochettes marinées, viande hachée assaisonnée, palets panés, etc.

Il est toujours bon de connaître quelques noms de morceaux et comprendre la différence entre ceux qui sont tendres et qui seront à poêler rapidement, ceux qui sont plus coriaces et qui doivent cuire doucement et longtemps, et ceux qui sont gélatineux, donnant à vos plats mijotés un soyeux incomparable. Une recette bien écrite (suivez mon regard) vous donnera des exemples de morceaux appropriés, et on peut souvent faire des substitutions.

Mais pour tout vous dire, même les cuisiniers les plus expérimentés y perdent parfois leur latin, et n’ont absolument aucun scrupule à demander conseil à leur boucher selon le plat ou la recette qu’ils ont en tête. S’ensuit alors une discussion animée sur les mérites respectifs de l’araignée et du merlan (deux très bons morceaux à griller).

2. Laissez-les faire le sale boulot

Si vous n’adorez pas manipuler la viande crue, bonne nouvelle : le boucher se fait un plaisir de la préparer pour vous, ça fait partie de sa valeur ajoutée : il retirera les petits morceaux superflus de graisse, de peau ou de nerf ; il videra votre volaille, lui coupera la tête, brûlera au chalumeau les dernières traces de plumes, et éventuellement vous l’ouvrira en crapaudine ; pré-découpera les côtes de votre carré d’agneau (sinon, bonne chance !) ou coupera vos cuisses de poulet à la jointure ; quadrillera le gras du magret de canard ; tranchera la viande du carpaccio ; roulera et ficelera votre rôti ; et même découpera votre viande en cubes de la taille de votre choix pour un plat en cocotte. Tout ce qu’il vous restera à faire, c’est cuire et servir ; vous n’aurez même pas sali votre planche à découper.

Boucherie Viande & Chef

3. Remettez-vous en à leur expertise

Si vous ne savez pas trop quelle quantité de viande prendre pour nourrir vos invités, ou si vous n’avez jamais cuisiné d’épaule d’agneau, le boucher peut vous aider : il vous recommandera un poids par personne en fonction du morceau, et vous donnera des instructions de base pour une cuisson simple, parfaites pour un débutant ou pour vous rafraîchir la mémoire.

Et comme la plupart des préparations sont faites maison, vous pouvez poser des questions sur leur saveur ou les ingrédients mis en oeuvre (surtout si vous avez des allergies ou d’autres contraintes alimentaires), et combien de temps les produits se garderont.

4. Passez commande

Si vous avez quelque chose de précis en tête, n’hésitez pas à appeler un ou deux jours à l’avance pour passer commande. C’est particulièrement vrai pour les morceaux recherchés comme la joue de boeuf ; pour la viande hachée autre que la viande de boeuf (le boucher a généralement un seul hachoir qu’il utilise pour les steaks hachés, et pour des raisons d’hygiène il doit le nettoyer entièrement quand il passe d’une viande à une autre, donc il fait ça en dehors des horaires d’ouverture) ; pour réserver votre poulet rôti du dimanche midi (on peut se contenter d’appeler le matin-même).

Dans le doute, passez un coup de fil : vous gagnerez du temps parce que votre commande sera toute prête, et ça vous fait passer du côté des clients fidèles à qui on réserve les meilleures morceaux et les meilleures blagues.

Boucherie Viande & Chef

5. Ne négligez pas le reste de la gamme, mais attention aux achats impulsifs

En plus de la viande crue, le boucher traditionnel vend de la charcuterie : du jambon blanc et du jambon cru, du saucisson et des saucisses sèches, de la poitrine fumée, différentes sortes de pâtés et terrines, et diverses spécialités en fonction de sa région d’origine ou de prédilection. Certains de ces produits sont faits sur place (généralement le jambon et les terrines), d’autres sont achetés auprès d’autres artisans. Faites-le vous préciser au besoin.

Si vous voulez vous simplifier la vie et acheter tout votre repas en une seule étape, regardez si les salades maison (carottes râpées, céleri rémoulade…) ont bonne mine, et pensez aux pommes de terre qui ont confit sous les poulets dans la rôtissoire. C’est plus cher au kilo que ce que vous pourriez faire vous-même, bien sûr, mais ça dépanne.

En revanche, si vous êtes tenté par les produits d’épicerie fine présentés sur les étagères (moutardes, légumes en bocaux, les chips les plus chères du monde) vérifiez bien les prix pour éviter les mauvaises surprises.

Boucherie Viande & Chef

6. Mangez ou congelez

La viande achetée dans une bonne boucherie est d’une fraîcheur optimale, mais prévoyez de la manger dans les deux ou trois jours qui suivent (24 heures pour les abats), selon les conseils du boucher.

Si vous voyez que votre organisation ne vous le permettra pas, ou si vous ne rendez visite qu’occasionnellement à votre boucher préféré, vous pouvez congeler la viande : emballez-la bien (certains bouchers proposent de la mettre sous vide) et conservez-la au congélateur deux à trois mois (au-delà, ça reste consommable, mais on perd en saveur et en texture).

Mon Top 5 des Boucheries parisiennes

  • Viande & Chef : la boucherie durable de Benjamin Darnaud.
  • Terroirs d’Avenir : la crème de la crème des ingrédients vendus dans quatre mini-boutiques, y compris une boucherie.
  • Marché des Batignolles : sur ce marché du samedi matin, plusieurs stands sont tenus par des bouchers-éleveurs bio.
  • Maison Plisson : cette épicerie de luxe inclut un très beau comptoir de boucherie avec une équipe qui travaille les produits sur place.
  • Boucherie Sautereau / Le Bourdonnec : Yves-Marie Le Bourdonnec est connu pour les techniques de vieillissement qu’il applique à des viandes bien élevées. Il a plusieurs magasins à Paris ; celui-ci est tenu par un de ses disciples.

Vous trouverez ces boucheries sur la carte de mes adresses préférées à Paris.

Participez à la conversation !

Et vous, les boucheries, ça vous intimide ? Où avez-vous l’habitude d’acheter votre viande, et êtes-vous satisfait de cet arrangement ?

Boucherie Viande & Chef

  • Boulie27

    Je recommande la boucherie fontaine, rue de sèvres. De beaux produits, une fabrication artisanale, et toujours le sourire !!!

  • Carole

    J’achète aussi la viande uniquement chez le boucher.
    Je ne sais pas si ça intéresse les lecteurs de ton blog, mais à Narbonne j’aime aller aux bouchers des Halles ou bien à la ferme coté producteurs, route de Perpignan.
    C’est tellement important de connaitre son boucher et de pouvoir parler avec lui.
    Par contre, chez moi, les prix sont moins élevés que ceux de tes photos.
    Bon week end Clotilde !

    • Toutes les bonnes adresses sont les bienvenues ! Quant aux prix, oui, on paye clairement plus cher à Paris, pour tous les produits d’alimentation d’ailleurs — une question de niveau de vie et de charges (loyers en particulier). Les prix varient selon les boucheries et les quartiers.

      Pour une qualité équivalente mais des tarifs moins élevés, il y a aussi les circuits courts de type Ruche qui dit oui ou Collectif percheron.

  • titel

    A vrai dire, j’achète de moins en moins de viande, juste de quoi satisfaire les goûts indétrônables de la maisonnée, parce que pour ma part la viande et moi ça fait deux depuis des années… Quand j’achète de la volaille, c’est dans un magasin Point Vert, où je trouve des produits venant des éleveurs ou producteurs traditionnels alentours. A prix égal avec ce que je vois en rayon des moyennes surfaces, il n’y a pas photo, on sent la qualité! Je rejoins le commentaire de Carole, les prix sur tes photos sont bien plus élevés que chez moi, par exemple la saucisse sèche que j’achète (charcuterie artisanale aux pieds des Pyrénées) atteint royalement les 17€/kg! Mais tout le monde n’a pas la chance de vivre dans une si jolie ville que Paris, c’est peut-être le prix à payer 😉

    • Effectivement, en dehors des grandes villes, c’est chouette quand on a accès à des produits locaux. Et pour les tarifs, c’est indéniable ! Quand on va dans le Perche, on passe chez le boucher avant de rentrer, ça aide à rentabiliser les vacances. 😉

  • Punky Brewster

    Oh mille mercis Clotilde pour le « louchébem », je ne connaissais pas, j’adore !
    J’adore apprendre un nouveau mot, et j’adore encore plus quand c’est toute une catégorie de langue qui s’ouvre à moi… « Louf » vient donc de là !!! Comme à « loilpé » ou « en loucedé », j’adore :-)))

    Sinon, sur le sujet en lui-même, en lisant tes six conseils, je m’aperçois que j’achète déjà la viande « comme une boss » 🙂
    Néanmoins, ce qui ne me satisfait pas, c’est que la boucherie artisanale où je vais maintenant (régulièrement, mais pas non plus souvent, parce que bon moi quand même j’aime pas la viande hein…) n’est pas certifiée bio. En tout cas, je ne le crois pas. Si elle l’était, ce serait marqué, non ?
    Mais c’est vrai que je n’ose pas demander. Parce qu’il y a ça aussi chez les bouchers, enfin moi je trouve : ils n’ont pas tous la mine super joviale, parfois ils sont rustres, voire même « cassants », surtout quand tu n’y connais rien à la viande et que tu es intimidée justement…
    Enfin c’est le mauvaise expérience que j’ai eue dans deux petites boucheries près de chez moi.

    Là où je vais maintenant, ça va mieux parce qu’ils me connaissent : je suis « la petite dame qui téléphone toujours pour passer commande » (joue de boeuf, agneau haché, veau haché, échine de porc hachée, cervelle de veau…).
    Mais j’aimerais tellement trouver un boucher bio sympa et en qui j’ai confiance – comme c’est le cas avec mon poissonnier irremplaçable, et avec le volailler qui élève ses poulets pas très loin de chez moi et qui ne rechigne jamais pour me préparer des cuisses de poulet désossées !

    Je n’ai pas été convaincue par La Ruche qui dit oui, mais je vais regarder ce qu’est le Collectif Percheron, je ne connais pas.

    • Effectivement, si ça ne dit pas bio, ce n’est sans doute pas bio. C’est encore assez rare pour la boucherie malheureusement. Et je suis d’accord, certains bouchers n’invitent pas à la communication — je préfère alors aller ailleurs, mais c’est vrai que j’habite à un endroit où j’ai l’embarras du choix.

  • Mon boucher favori est 10 place d’Aligre à Paris 😀

    • Merci pour la reco ! J’irai faire un tour si je suis dans le quartier. Tu recommandes quelque chose en particulier ?

  • Vous pouvez aussi vous faire livrer des viandes élevées avec respect par le boucher en ligne http://www.cotealos.com

  • J’adore l’idée de cette boucherie, j’aimerais qu’il y en ai plus comme cela en France, je n’en connais pas! Il y a des chefs qui osent acheter des carcasses entières (peut-être pas de boeuf ) comme celui de La Pente Douce à Toulouse. Je l’avais d’ailleurs filmée par hasard (au tout début de ce reportage http://bit.ly/2j0B2SB ), c’était très drôle de voir l’éleveur débarquer avec la carcasse une heure après le café du déjeuner! ^^

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.