Jus et smoothies : Mes meilleurs conseils et astuces

Je suis l’heureuse détentrice d’un extracteur de jus et d’un blender depuis un petit moment maintenant. Et comme j’ai mis du temps à les apprivoiser pleinement l’un et l’autre, voici mon retour d’expérience et mes meilleurs conseils pour faire vos smoothies (= ingrédients simplement mixés) et vos jus (= ingrédients pressés pour en extraire le jus seul).

Si vous avez vous aussi des astuces à partager, les commentaires vous sont ouverts ! Je vous lirai avec intérêt et nous en bénéficierons tous.

Quel est le bon moment pour boire jus et smoothies ?

La raison pour laquelle il m’a fallu du temps pour adopter les jus et les smoothies, c’est que je ne voyais pas bien comment les intégrer à mes habitudes alimentaires. Comme la plupart des gens, je ne cherche pas vraiment à consommer plus de nourriture au quotidien, et je ne me voyais pas abandonner ce que j’aime déjà manger (ce type de bol végétal par exemple) à la faveur d’un grand verre de quelque chose de vert.

Mais la saveur de ces grands verres de quelque chose de vert m’a finalement conquise, et ils sont désormais les bienvenus, à trois moments de la journée en particulier:

  • Un smoothie vert en guise de petit déjeuner, à siroter pendant que je me prépare, ou en regardant mes fils se taper l’un sur l’autre (gentiment, hein, la plupart du temps) avec mes gants de boxe. (Ouiiii, je fais de la boxe ! J’adore ça ! Avez-vous déjà essayé ?) Comme j’ajoute des ingrédients qui tiennent au corps (voir ci-dessous), mon smoothie de 7h me permet de tenir jusqu’au déjeuner, même quand j’ai des matinées assez actives.
  • Un jus comme complément au déjeuner. J’adore mes bols végétaux du midi, mais certains jours, c’est plus rapide de me faire un petit sandwich et de l’accompagner d’un jus vert déjà prêt (voir plus bas).
  • Un smoothie ou un jus, c’est délicieux au goûter. C’est ressourçant, ça redonne la pêche, et ça nourrit en même temps que ça hydrate.

Cependant, je n’en fais nullement une obligation quotidienne. Certaines semaines j’en ai envie tous les matins, à d’autres moments j’ai envie de manger autre chose. Ou alors je suis très occupée et je ne trouve pas le temps de m’organiser. Ça va, ça vient, zéro pression.

Smoothie rose

Faut-il forcément suivre des recettes pour préparer jus et smoothies ?

Personnellement, je ne suis aucune recette.

Je reçois un panier de légumes d’un producteur toutes les semaines, et j’improvise en fonction de son contenu et d’éventuels achats supplémentaires de saison. En général, je vise un équilibre de 2 pour 1, voire plutôt 3 pour 1 entre les légumes (je mets l’accent sur eux) et les fruits (juste assez pour adoucir et arrondir les saveurs).

J’utilise le plus souvent :

  • Des feuilles vertes : du kale, des pousses d’épinards, des feuilles de salade, les feuilles des betteraves, des radis ou des blettes
  • Les faciles à vivre : carottes, betteraves, concombres, courgettes (on peut en mettre autant qu’on veut)
  • À utiliser avec parcimonie (saveurs fortes ou amères en excès) : céleri, radis (rose, noir, daikon), fenouil, chou
  • Herbes fraîches : persil, cerfeuil, menthe, coriandre
  • Petites racines hautes en saveur : un petit morceau de gingembre ou de curcuma frais
  • Pour les fruits : pomme, poire, kiwi, fruits rouges, fruits à noyau, raisins, bananes (dans les smoothies seulement)

J’ajoute aussi volontiers un peu de citron jaune ou vert fraîchement pressé, mais c’est une étape supplémentaire et je n’en prends pas toujours le temps.

Pour les smoothies, j’ajoute aussi un ingrédient crémeux qui donnera du velouté et du corps : une banane, un avocat, ou une bonne cuillerée de beurre d’oléagineux ou de beurre de coco.

J’utilise de l’eau fraîche comme liquide dans mes smoothies, et les autres ingrédients ont une densité de saveur suffisante (surtout quand j’ajoute du beurre d’oléagineux, du beurre de coco et/ou des superaliments en poudre, voir ci-dessous) pour que le résultat ne soit pas aqueux du tout. Il peut m’arriver d’utiliser de l’eau de coco ou des laits végétaux, mais c’est rare.

Faut-il peler et parer les fruits et légumes pour les jus et smoothies ?

J’utilise des produits bio et je n’épluche rien ; je les lave et je les brosse selon les besoins. Je retire les tiges et les coeurs quand je fais des smoothies, car ils ne seront pas filtrés, mais je les laisse pour les jus (sauf les noyaux !).

Petite astuce d’organisation pour les jus : je nettoie tous les fruits et les légumes avant de commencer, mais je ne les coupe en morceaux qu’au fur et à mesure que je les insère dans la « cheminée » de l’extracteur. Ça fait gagner un peu de temps parce que je parallélise, et ça m’empêche aussi de surcharger (et donc de bloquer) l’extracteur, ce que j’ai tendance à faire sinon par manque de patience.

Smoothie Vert : Toppings

Peut-on utiliser des superaliments dans les smoothies et les jus verts ?

Je me suis intéressée aux « superfoods » notamment par le biais de l’entreprise Sol Semilla, qui importe (par bateau) des superaliments éthiques et de haute qualité sous forme de poudres déshydratées. Je me fournis chez eux et j’ai toujours dans mon placard quelques-unes de mes préférées, comme le lucuma, l’açaï, le maïs mauve, la caroube ou le nopal.

Je prépare dans un pot en verre un petit mélange de celles que j’ai sous la main, avec aussi des éclats de fève de cacao cru (ou du cacao cru en poudre) et des graines de chia. Il me suffit alors d’ajouter une cuillerée à soupe dans mes smoothies pour en booster la texture, la saveur et l’apport nutritionnel.

(Si vous avez envie d’essayer les superaliments de Sol Semilla, utilisez le code promo CANDZ15 avant le 1er novembre 2016 pour obtenir 15% sur votre commande.)

Faut-il vraiment réutiliser la pulpe quand on prépare des jus ?

Lorsqu’on passe des fruits et des légumes à l’extracteur, la majeure partie des nutriments passent dans le jus ; la pulpe qui reste, c’est principalement des fibres. Il existe de nombreuses façons de faire bon usage de cette pulpe : muffins, soupes, pancakes… Je tire mon chapeau à ceux qui le font, ou tout au moins qui la compostent, mais pour le moment, c’est au-dessus de mes capacités. Je dors quand même la nuit.

Peut-on improviser ? Et comment on fait quand c’est raté ?

Comme je n’utilise pas de recette et que j’essaie tout le temps de nouvelles combinaisons d’ingrédients, je m’efforce de noter (dans ma tête ou dans mon carnet de cuisine) les formules les plus réussies, pour pouvoir les reproduire ou les améliorer.

Évidemment, ça signifie aussi que de temps en temps j’ai des ratés, comme la fois où j’ai insisté pour mettre dans mon jus vert la totalité des feuilles d’une botte de céleri. Le résultat était résolument imbuvable. Mais tellement plein de bonnes choses que je n’avais pas envie de le jeter.

Pas de panique, je l’ai simplement utilisé comme base de mon smoothie le lendemain matin, avec une banane et du cacao cru. Dé-li-cieux ! (Il vaut bien mieux faire du sel de céleri avec les feuilles de céleri.)

Peut-on préparer les ingrédients à l’avance ?

Pour me faciliter la vie pour le smoothie du matin, je fais ma mise en place la veille au soir. Je lave mes fruits et mes légumes, je les coupe en gros morceaux, et je les mets dans un contenant hermétique au réfrigérateur.

Je mesure ma poudre de superaliments et je la mets directement dans le blender avec la cuillerée de beurre d’oléagineux ou de coco, puisque tout ça se conserve à température ambiante. Le lendemain, à peine réveillée, il me suffit de verser mes fruits et légumes dans le blender, d’ajouter de l’eau fraîche, et de tout mixer jusqu’à obtenir une consistance bien lisse.

Quant aux jus, la préparation de la veille consiste simplement à choisir les fruits et légumes que je vais utiliser, les laver et les brosser, et les regrouper au réfrigérateur pour un accès facile le lendemain.

Les ingrédients de mon super smoothie vert

Les ingrédients de mon super smoothie vert

Peut-on préparer plusieurs portions de smoothies ou de jus à la fois ?

Je prépare toujours des quantités plus importantes que ce que je vais boire tout de suite, mais pas plus que ce qu’on peut consommer dans les 24 ou 48 heures. Je sais qu’il y a une certaine perte de vitamines quand un smoothie ou un jus n’est pas bu dans la minute, mais ils restent intéressants nutritionnellement, et le goût ne s’altère pas. De toutes façons, ce ne serait pas réaliste pour moi de faire autrement.

Pour les smoothies, je me prépare une double dose et j’utiliser ce contenant pour conserver au frais la portion en plus.

Pour les jus, je verse le surplus dans une bouteille en verre et j’utilise cette pompe à vide (petit accessoire indispensable qu’on utilise aussi pour le vin) pour mettre la bouteille sous vide d’air, et ainsi limiter l’oxydation.

Parlons nettoyage !

On ne va pas se mentir : le nettoyage n’est pas la partie la plus excitante du « juicing ». Mais je trouve que mon propre extracteur (plus d’infos ci-dessous) est assez facile à nettoyer. Je me suis chronométrée (oui, oui, je sais) et maintenant que j’ai pris le coup de main, il me faut un peu moins de 5 minutes pour démonter, laver, et mettre les différents éléments à égoutter. C’est raisonnable, non ?

Pour nettoyer le blender après avoir fait un smoothie, c’est beaucoup plus facile. J’utilise une de mes longues cuillères Earlywood pour récupérer le maximum de contenu du pichet. Puis, j’y mets une goutte de liquide vaisselle, je remplis à moitié avec de l’eau chaude, et je mixe à vitesse maximum pendant quelques secondes. Je vide, je rince, et c’est terminé !

Blender Froothie et extracteur de jus Kuvings. Le match n'aura pas lieu.

Blender Froothie et extracteur de jus Kuvings. Le match n’aura pas lieu.

A propos de mon blender

Après des années à y penser, j’ai donc fini par m’équiper d’un blender à haute performance (on dit aussi « blender vortex ») pour faire des soupes finement mixées, des sauces vraiment veloutées, des laits et beurres d’oléagineux, et bien sûr des smoothies. J’ai choisi l’Optimum 9400 distribué par l’entreprise australienne Froothie, une alternative plus abordable mais tout aussi puissante (si ce n’est plus) que le Vitamix plus connu.

J’en suis tellement contente que j’ai noué un partenariat avec la marque. Si vous avez envie d’un blender comme le mien — Optimum 9400 ou Optimum 9200A — vous pouvez utiliser le code CD-Optimum-Blender-20 pour obtenir 20€ de réduction sur le site français, le site belge, ou le site luxembourgeois. Sur le site suisse, la réduction est de 15CHF. Pour les Etats-Unis, la réduction est de $20 ; Pour mes amis canadiens, le code est CD-Optimum-Blender-25 et vous obtiendrez CA$25 de réduction.

Voir aussi mon avis détaillé sur l’Optimum 9400 de Froothie !

A propos de mon extracteur de jus

J’ai investi dans l’extracteur Kuvings, fabriqué par une société coréenne.

Il fait partie des plus performants du marché (hors modèles commerciaux), c’est-à-dire qu’il extrait une très grande quantité de jus, et laisse une pulpe presque sèche. Il est d’une utilisation facile et assez rapide, avec une « cheminée » assez large pour recevoir des gros morceaux (= moins de temps passé à couper les fruits et les légumes).

Et comme c’est un modèle vertical, il prend peu de place dans notre petite cuisine donc on peut le laisser sur le plan de travail, pour un accès quasi quotidien.

Quand j’acheté mon extracteur de jus, il était livré avec deux accessoires en plus : l’un pour faire des smoothies (j’utilise mon blender pour ça, mais c’est pratique si vous n’en avez pas), l’autre pour faire des sorbets avec des fruits surgelés, de type sorbet instantané à la banane, mais aussi avec des mangues, des fruits rouges, et même de la crème glacée prise dans des bacs à glaçon.

5 Ressources à consulter

– L’Instagram de Simple Green Smoothies,
– Les smoothies de base de Cassie,
Extracteur de jus d’Estérelle Payani,
Superjus d’Agathe Audouze,
Green Smoothies de Marie Grave.

Smoothie vert

Note : Certains des liens de ce billet sont des liens affiliés, ce qui signifie que si vous décidez d’acheter quelque chose, je recevrai une commission, sans coût supplémentaire pour vous. Toutes les opinions exprimées sont les miennes, et j’ai personnellement testé les produits que je vous recommande.

  • Punky Brewster

    Naaannnn… alors toi aussi tu l’as fait, le « feuilles de céleri » ??? C’est pas bon, hein…
    J’avais mis la moitié des feuilles d’une botte de céleri branche, ça faisait 100 g, eh ben même mixé avec 300 g de carottes, et du jus de citron, de l’huile d’olive, du Tabasco… c’était infâme !
    Mon barbu a tout recraché instantanément, moi je me suis forcée un peu… et puis finalement j’ai jeté le mien dans l’évier aussi. Et pourtant, je suis la fille qui mange le résidus de la centrifugeuse (carottes, betteraves, pommes…) réhydraté avec du jus de citron et un peu d’huile (sésame, avocat, noix…), et saupoudré de gomasio, en complément d’un déjeuner solo.
    C’est pour dire à quel point les feuilles de céleri, il ne faut pas les mettre !!!
    Sinon moi je n’ai pas d’extracteur de jus, donc j’utilise uniquement mon blender, mon presse-agrumes et une mini centrifugeuse qu’on m’a donnée (genre pour une personne). Je prépare des jus plutôt le week-end et on les boit avant de déjeuner le midi, en guise de crudité ou d’apéritif sain 😉
    Un que je fais très souvent, c’est carottes, curcuma frais (ou gingembre frais) et jus de citron.
    Et avec le curcuma frais, j’ai lâché l’idée de récupérer des ustensiles BLANCS…

    Sinon il y a ton super smoothie bowl, que j’adore et que je me prépare pour moi toute seule le midi 😉

    • Ha ha avec Cassoco il faut qu’on démarre un club du jus de céleri ! Je suis sûre qu’en insistant un peu on peut apprendre à aimer. o_O

      Bonne idée ta façon de « manger les restes » ! Tu n’es pas gênée par les éventuels débris de tige, pépins, etc.?

      • Punky Brewster

        Non parce que, comme je te le disais, je n’ai pas d’extracteur de jus mais une mini centrifugeuse pour laquelle je suis obligée de couper les pommes en quartiers (et encore, pas trop gros !) pour les faire rentrer… donc j’enlève tiges et pépins en amont !
        Le fenouil laisse des fibres pas super agréables parfois mais bon, ça me va…
        Je râpe une bonne quantité de gingembre frais par-dessus tout ça, j’arrose de jus de citron, j’ajoute une cuillère d’huile crue que j’aime et qui va bien avec le « résidus » en question (sésame, noix ou noisette souvent), je mélange tout ça, et je saupoudre de gomasio de la mer.
        Je préfère te mettre en garde néanmoins : c’est effectivement « une façon de manger les restes », mais ça s’arrête là… Je veux dire, ça ne « sublime pas les restes », en aucun cas !
        Ca forme une espèce de bouillie crue, et il n’y a que moi qui mange ça parce que je me dis que ça reste une crudité avec du gingembre frais que j’aime d’amour comme tu dis (et qui, en plus, arrive en superhéros pour m’éviter d’attraper les gastros et autres vieux microbes pourris ramenés de l’école par mes p’tits culs).
        Mais bon, parfois j’étale ce truc de résidus réhydratés sur une tranche de pain au levain pour que ça passe mieux, et je suis quand même contente de manger un meilleur truc après… Voilà, c’est juste pour que tu ne t’enflammes pas quoi 😉

        • Ha ha je vois. Tu me le vends bien, mais en même temps avec les mises en garde, je comprends l’idée. :))

      • Cassoco

        hi hihi, oui, on pourrait lancer un concept !!!

  • Moi aussi je fais partie du club « essai raté aux feuilles de céleri » !!!! Mais je n’ai pas eu envie de trouver comment l’accommoder autrement j’avoue. Alors je me suis u peu forcée et hop, à la poubelle, ou plutôt au compost avec les fibres sèches !
    Il y a un légume que j’aime passer à la centrifugeuse et dont je suis toujours étonnée, pour le jus qu’il donne, la texture veloutée etc. C’est la patate douce. Et oui, ça donne du jus, aussi improbable que cela puisse sembler.
    Essaye patate douce + orange + gingembre frais, l’assurance d’un régal tout en douceur.

    • J’ai bien ri de nous imaginer toutes avec nos jus de céleri bien dégueu. Il devrait y avoir une mise en garde sur les bottes de céleri ! 😀

      Et merci pour le tuyau de la patate douce, je n’y aurais ja-mais pensé toute seule.

      • Punky Brewster

        Ah oui, c’est fou, moi non plus la patate douce crue, ça ne me serait pas venu à l’idée ! Merci Cassoco, je vais essayer le mélange que tu suggères.
        Pour les feuilles de céleri, quand il y en a vraiment beaucoup, moi aussi je me force maintenant à les mettre au compost. Mais quand il n’y en a pas trop, je les lave, je les sèche, puis je les congèle bien à plat. Le moment venu, je prélève juste la quantité nécessaire et je les utilise dans les soupes, dans les recettes où je vois marqué « une ou deux branches de céleri » mais que je n’ai pas envie d’acheter une botte entière exprès pour ça (et ne pas savoir encore quoi faire de toutes ces feuiles après !!!), ou pour parfumer un bouillon maison.

        • Bonne idée ! Je ferai ça la prochaine fois.

          • Punky Brewster

            Excuse-moi Cassoco, il me reste une toute petite patate douce (= 125 g), et je me demandais : tu as une idée des proportions de ton fameux jus patate douce + orange + gingembre frais ?

          • Punky Brewster

            Ca y est, j’ai testé : effectivement, la patate douce apporte sans doute de la texture, mais niveau goût, on ne la sent pas du tout, c’est étonnant !

          • Peut-être une question de dosage ?

  • mikamass

    hello!

    pour ma part je laisse toujours les petites feuilles vert tendre sur la tige de céleri que j’utilise et ça passe bien… Par contre pour le nettoyage, je remplis mon évier d’eau chaude savonneuse et y mets les pièces démontées de l’extracteur. Une fois mon jus bu et savouré quelques mn ou une heure plus tard je reviens tout nettoyer…

    merci pour tous les conseils utiles et le partage et pas que sur ce post là, même si je ne commente pas régulièrement, je suis une « vieille » lectrice et j’ai essayé plein de recettes du blog !

    merci encore et à bientôt

    • Merci pour l’astuce ! Moi je commence par « racler » avec ma main les résidus de pulpe qui sont dans le mécanisme, sinon c’est la soupe dans mon évier et je crains de le boucher…

      • mikamass

        En effet! J’ai omis par inadvertance d’en parler mais il y a bien sûr cette étape là avant le bain dans l’évier !

  • Aisha Belhadi

    Ouh là! À entendre toutes vos histoires de feuilles de céleri, je me dis que je suis une acharnée… J’ai essayé les fanes de carottes…
    Je m’explique. On a un extracteur Angel (marque coréenne aussi, moins compacte que le tien Clotilde) qui marche très bien, tout en inox. Depuis ma toute petite enfance j’ai l’habitude du verre de jus d’orange le matin, que j’ai agrémenté d’autres fruits et légumes en grandissant et en gagnant en autonomie (souvent carottes, betteraves, gingembre, autres agrumes, fruits et légumes d’hiver quoi, mon préféré étant la grenade, seule). Mais on a changé nos habitudes et on boit très peu de jus, si bien que l’extracteur sert maintenant à me donner bonne conscience quand je me retrouve avec un fleuve de verdure après une petite virée au marché. D’où les fanes de carotte, dont j’ai eu la merveilleuse idée d’utiliser une botte entière, avec du gingembre, du citron vert et un peu de concombre. Heum… Spécial… Je me suis dit que j’allais adoucir le goût en rajoutant du lait de coco (un demi-litre s’il vous plaît). Encore un peu…spécial. Et passé à la sorbetière pour en faire une glace ? Rafraîchissant mais toujours trop intense. Bref, je déteste jeter donc j’ai laissé ça dans le congel en me disant que j’allais bien en faire quelque-chose un jour et finalement c’était super pour un potage d’inspiration thaï aux haricots mungo (j’ai réduit le jus jusqu’à ce qu’il commence un peu à caraméliser, puis oignons, ail, piment vert, haricots, eau, feuilles de citron kaffir).

    Sinon, en été, je mets une dizaine de citrons et une grosse botte de menthe dans l’extracteur. Je congèle le jus en glaçons. Et quand on en a besoin, hop deux glaçons dans un verre d’eau fraîche, on touille et c’est « limonade à la menthe instantanée ».

    Encore un truc, les fanes de carotte, c’est pas génial en jus. Mais lacto-fermentées, elles deviennent un super condiment pour la cuisine (je les utilise comme du bouillon, c’est très intense et « umami »). Je vous avais bien dit que j’étais une acharnée ! 🙂

    • Punky Brewster

      Attends Aisha, permets-moi de te dire que, les fanes de carottes, en jus, c’est une gourmandise à côté du jus de (grosses) feuilles de céleri ! Je pense que je peux aussi me qualifier « d’acharnée », mais je t’assure que les feuilles de céleri, ce n’est pas buvable !!!
      Le meilleur avec les fanes de carotte, c’est de les boire avec leurs carottes bien sûr !
      Je compte 60 g de fanes pour 600 g de carottes et un jus de citron. J’ajoute un peu d’eau si nécessaire (en même quantité que le jus de citron), et ça donne deux grands verres.
      Super idée sinon, tes glaçons citron-menthe 😉

      • Moi j’ai lâché l’affaire des fanes de carottes le jour où j’ai dû passer des heures à les démêler des lames de mon pauvre mixeur plongeur qui ne s’en sortait pas. 🙂

        • Punky Brewster

          Je reconnais que c’est pénible de séparer toutes les petites feuilles (qui se mangent) des tiges (qui vont au compost).
          Mais tu pourrais t’y remettre, maintenant, avec ton super blender 😉
          Cela dit, le jus de fanes ou la tartinade crue, c’est pour bénéficier de leurs vitamines et nutriments crus, mais en vrai au goût, les fanes de carotte, c’est quand même meilleur en soupe…

        • Cassoco

          Ah ça aussi j’ai donné !!!

    • J’ai bien ri. Merci. Je suis contente que ce billet fasse sortir du bois les acharnées. 😀 😀
      Merci aussi pour les super suggestions !

  • Floriane

    Je suis également l’heureuse propriétaire d’un blender Froothie depuis mes 25 printemps (il fallait bien un cadeau digne de ce nom pour fêter un quart de siècle ! :P) et chaque jour je me répète que je n’aurais pu faire d’achat plus rentable ! Je l’a-do-reuh !!! Alors évidemment les débuts ont été quelques peu chaotiques et je me suis aussi retrouvée à avaler des mélanges au gout douteux (dépourvus de céleri, toutefois ^^), mais au fil du temps j’améliore les associations et c’est un vrai plaisir d’appuyer sur le bouton « Power » le matin ! Comme toi j’essaie en général de mettre plus de fruits que de légumes pour éviter d’obtenir un résultat trop riche en glucides. Quoi qu’il en soit, merci pour tes astuces Clotilde 🙂

    • Punky Brewster

      Tu veux dire : plus de légumes ?…

      • Oui je pense ! 🙂

        • Floriane

          Oupsi ! C’est ce qui s’appelle une erreur xD En effet, plus de légumes, merci ^^ Et effectivement, j’ajoute parfois du beurre de coco, du lait de riz ou du beurre de cajou, mais ça reste occasionnel. Je mets également des épices (cannelle, curcuma) et du gingembre lorsque j’en ai sous la main. Je préfère les utiliser en topping, pour ma part.

          • Et quand c’est en topping, tu ne te retrouves pas avec une moustache de cannelle ?

          • Floriane

            J’ai la chance (?) de boire mes smoothies à la paille 😛

          • Ah oui c’est rigolo, à la paille je trouve que ce n’est pas le même plaisir !

          • Floriane

            J’essaierai sans pour voir 😉

    • Merci Floriane ! Je suis ravie que tu sois contente de cette acquisition. Tu n’y mets que des fruits et des légumes, ou tu mets d’autres ingrédients ?

  • Merci pour le discours vérité! Je passe sur ce coup là, pas le temps, méga flemme, moi aussi il faut qu eue dorme la nuit 🙂 Je me limite à cojean & co pour des jus frais (en entrée surtout). J’évite les smoothies, souvent à base de fruits dans les bar à jus, pour ne pas prendre trop de sucres rapides. Sinon rien à voir avec la choucroute, mais j’ai reçu mes ustensiles Earlwood de folie, trop trop contente, et j’ai testé ton astuce géniale de râper des tomates crues pour en faire une sauce rapide. J’ai mangé ça avec un caviar d’aubergine maison pour rafraîchir le tout, c’était top. Merci pour ces petits trucs qui rendent le quotidien plus joyeux.

    • Merci beaucoup pour ce commentaire qui est comme un petit feu d’artifice de joie pour moi ! 🙂

  • Audrey-Laure

    Bonjour,
    Merci pour ce post complet!! Justement je regarde pour acheter un « super blender », et j’avais pensé à l’optimum 9400… Vous êtes la première qui en parle, et cela me rassure de voir que vous en êtes contente.
    A tout hasard, savez-vous les différences entre optimum 9400 et 9200A?
    Cela fait un bon mois que je tanne mon mari pour en acheter un… je crois que je vais passer à l’action!
    Merci en tout cas!
    Audrey

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.