Salade de tomates et petit épeautre Recette

Salade de tomates et petit épeautre

Mes déjeuners en semaine, c’est ça : des salades toutes simples avec des céréales, des légumes frais, une source de protéine ou une autre, et des herbes fraîches. J’en prépare une bonne dose, et après je n’ai plus à m’en occuper pendant quelques jours.

J’essaie de varier les plaisirs pour éviter de manger tout le temps la même chose, mais je reconnais que je reviens souvent à celle-ci ces derniers temps : elle est pleine de saveurs, rafraîchissante mais satisfaisante, avec un bon mélange de textures entre le fondant des tomates et la mâche du petit épeautre.

Le petit épeautre (ou engrain), pour ceux qui ne l’auraient pas encore rencontré, c’est une céréale antique dont le nom latin est Triticum monococcum, à ne pas confondre avec son petit cousin le grand épeautre, ou Triticum spelta.

Le petit épeautre fut l’une des toutes premières céréales cultivées par l’homme* : riche sur le plan nutritionnel, elle s’épanouit sur les terres arides et montagneuses où pas grand chose d’autre ne pousse. Celui que j’achète, le petit épeautre de Haute Provence bio, est cultivé à cet endroit-là sous la même forme (c’est-à-dire sans croisement) depuis 9000 ans**. Il est protégé par une IGP et il est monté à bord de l’arche du goût du Slow Food il y a quelques années.

Evincé par des céréales à plus fort rendement il y a bien longtemps, le petit épeautre connaît un début de commencement de regain de popularité, en France et ailleurs, alors que ceux qui se soucient du contenu de leur assiette s’efforcent de ne plus dépendre uniquement du froment et explorent les alternatives. Par ailleurs, il a été suggéré que cette céréale, bien que contenant du gluten, pourrait être consommée par les personnes intolérantes. (Attention : il est trop tôt pour en être sûr et il faut attendre les résultats d’études supplémentaires.)

Le petit épeautre se trouve facilement dans les magasins bio qui m’entourent, mais si vous n’en trouvez pas, vous pouvez aussi faire cette recette avec du grand épeautre ou avec du farro (amidonnier en français), que je n’ai jamais vu commercialisé en France, mais qui est assez répandu en Amérique du Nord par exemple.

Si les tomates et le petit épeautre forment la base de cette salade, l’élément que je leur adjoint peut changer d’une fois sur l’autre : c’est très bon avec du tofu comme sur la photo, mais ça marche aussi très bien — peut-être même encore mieux — avec de la feta ou de la mozzarella. Vous remarquerez que j’y mets aussi une touche discrète de cannelle, parce que la tomate aime ça.

* Voir Alternative Wheat Cereals as Food Grains, G.F. Stallknecht, K.M. Gilbertson, and J.E. Ranney, 1996.

** Je vous recommande la lecture de cet entretien avec Etienne Mabille, producteur de petit épeautre en Haute-Provence.

Salade de tomates et petit épeautre

– 190 g de petit épeautre (ou, à défaut, de grand épeautre)
– une échalote, finement émincée
– une feuille de laurier
– une pointe de couteau de cannelle en poudre
– du piment en poudre, selon votre goût
– 4 à 5 tomates mûres de taille moyenne, environ 600 g
– quelques brins de ciboulette ciselés
– 170 g de tofu, ou 85 g de feta, ou 170 g de mozzarella, coupé(e) en dés
huile d’olive
vinaigre de vin rouge
sel, poivre du moulin

Pour 3 ou 4 personnes.

Rincez le petit épeautre et mettez-le dans une casserole. Ajoutez 480 ml d’eau froide, l’échalote émincée, la feuille de laurier et 1/4 c.c. de sel. Amenez à frémissement et laissez cuire à couvert 45 minutes, ou la durée indiquée sur le paquet. Laissez refroidir.

(Note : vous pouvez faire en cuire le double et en congeler la moitié pour une autre fois.)

Lorsque le petit épeautre est à température ambiante (ou juste tiède), mettez-le dans un saladier. Versez un filet d’huile d’olive, un trait de vinaigre, et ajoutez la cannelle et le piment. Mélangez bien.

Retirez le pédoncule des tomates et coupez-les en morceaux de la taille d’une bouchée. Personnellement, je garde les graines et le jus parce que ça ne me dérange pas que le fond de la salade soit bien humide, mais si vous préférez, vous pouvez les enlever (gardez et filtrez cette eau de tomate, c’est délicieux à boire).

Ajoutez les tomates, le tofu ou le fromage, et la ciboulette dans le saladier, ajoutez un peu de poivre, et mélangez. Goûtez et ajoutez un peu de sel si nécessaire.

Servez immédiatement, ou couvrez et mettez au frais en attendant le moment de servir. La salade se garde un jour ou deux, et elle se transporte sans problème pour un pique-nique ou un déjeuner-clavier.

  • Mhmm le petit épeautre, j’adore !
    Je viens de là où il est cultivé en Haute Provence et Vaucluse, et on en mange depuis longtemps, souvent cuit comme du riz avec des gousses d’ail, un peu de carotte et de l’oignon (30-40 min quand même) puis revenu dans de l’huile d’olive pour le rendre croustillant ou alors, je l’aime beaucoup cuisiné en risotto avec parmesan et huile d’olive et légumes (petits pois, asperges…)

    • J’essaierai de le faire revenir après cuisson, merci pour ces bonnes suggestions !

      • Bonjour Clotilde, oui, essaye revenu dans l’huile, c’est trop bon ! tradi che nous avec le gigot d’agneau du dimanche… A propos d’agneau, j’ai testé le Koresh d’agneau, qu’est ce que c’était bon !!!! Merci pour la recette.

        • Ravie qu’elle t’ait plu ! ^_^

  • Je suis dans le Vaucluse, et on a la chance de trouver du petit épeautre sur le marché. On en mange aussi souvent, dans les soupes ou les gratins en hiver, et en salade en été.
    Quant à la cannelle, quelle excellente idée ! Du coup, j’en ai mis ce midi dans ma salade quinoa / carottes rapées / feta.

  • Je dois trouver une utilité à la farine de petit épeautre qui dort dans mon placard. Belle salade très appétissante !

  • la photo est ultra appétissante !

  • Je file a la boutique bio du coin voir si ils ont tout ce qu’il faut, ca a l’air delicieux 🙂

  • je ne connais pas du tout, une bonne occasion pour tester ta recette

  • Céline

    Clotilde, j’adore cette salade! C’est ma lunch box préférée, en fait, et à chaque rentrée des classes, lorsqu’on trouve au marché des belles tomates cornues des andes qui sont bien charnues, je me la prépare comme un vrai cadeau. Je me la réserve pour les journées difficiles, et je sais que, toute la matinée, je salive, et que, le midi venu, je déguste, en ayant une affectueuse pensée pour ton blog. Moi qui ne respecte pas souvent les recettes, celle-ci, je la suis à la lettre, elle est parfaite pour mes papilles!
    Et la plus belle des découvertes gustatives de cette alchimie, c’est la cannelle sur la tomate…mmmmm…C’est magique, de partager une astucieuse association comme celle-là, et je la garde précieusement, comme on garde un conseil de couturière pour assembler deux couleurs de tissu!
    A bientôt, et merci d’être la source de ma Archi Best Lunch Box! 🙂

    • Tu ne pourrais pas me faire plus plaisir. Merci ! ^_^

  • Ce qui est intéressant, c’est de faire germer le petit épeautre, on le fait tremper au moins 6 heures dans une bonne eau de source, ensuite on rince et on met dans une passoire ou un germoir. A peine aperçoit-on le petit germe qui sort qu’on peut le faire cuire. Dès que le germe est là, il n’y a plus de gluten et c’est beaucoup plus digeste.

    • Je fais ça souvent pour les légumineuses, moins pour les céréales. Je suis surprise et intéressée par l’histoire du gluten : es-tu sûre que la germination le supprime, et si oui, te souviens-tu par quelle source tu as appris ça ? Merci !

  • Céline75

    Je me suis fait cette salade ce week-end, avec du boulgour de petit épeautre à la place du petit épeautre, et avec de la feta.
    C’était très bon, j’ai juste supprimé la cannelle (je me doutais que mes papilles ne seraient pas d’accord, alors j’ai fait un petit essai dans un coin qui l’a confirmé…).

    Merci pour cette recette !

    • Miam, bonne idée la feta ! Merci Céline.

  • Le sac d’Elo

    Je viens de réaliser cette recette avec l’option feta et sans cannelle, mon ami et moi avons adoré ! Et c’est rare qu’il adore ! 😉 Je vais la refaire très souvent !

  • Punky Brewster

    Du soleil dans nos assiettes ce midi, à défaut de le trouver dehors 🙁

    • Tu arrives déjà à trouver des tomates acceptables ?

      • Punky Brewster

        Celles de mon magasin bio sans sans saveur… mais il y a eu un premier arrivage (qui ne sera pas suivi d’autres tout de suite apparemment) à la ferme à côté de chez moi.
        J’ai craqué parce que mes p’tits culs sont des boulets de la crudité en ce moment et qu’ils ne peuvent plus voir l’ombre d’une carotte râpée… Mais bon, faut reconnaître que c’est pas encore Super Tomate quoi !

        • Je t’avoue que j’ai moi-même acheté des petites tomates cerise (françaises mais conventionnelles) l’autre jour pour mon aîné qui souffre du même syndrôme que les tiens. Il a tout mangé, comme si c’était des smarties ! 🙂

          • Punky Brewster

            Merci Clotilde, j’ai un peu moins mauvaise conscience…

  • Emilie

    Très chère Clotilde,

    J’ai réalisé ta recette ce soir pour le dîner et c’était un délice, je te remercie ^_^ Quelle belle association cette pincée de cannelle avec les tomates, je le répèterai, surtout qu’ici en Grèce nous aimons particulièrement cette épice. Je vais lancer l’idée chez mes amies grecques, elles seront sûrement surprises ! Et c’est évidemment la Féta locale qui a accompagné le petit épeautre. 😉

    Concernant l’assaisonnement, j’ai d’abord préparé une vinaigrette avec du vinaigre balsamique blanc car ma moitié n’aime pas tellement l’acidité du vinaigre de vin rouge. Nous avons goûté la salade et il était clair qu’il manquait cette touche d’acidité à la salade – même-lui l’a dit et m’a « autorisée » à employer du vinaigre de vin rouge 😉 Il équilibre parfaitement la salade. Pourrais-tu me dire combien de cuillères à soupe de vinaigre tu mettrais pour les 190 g de petit épeautre (et d’huile) ? Fais-tu une vinaigrette à part ou verses-tu l’un après l’autre le vinaigre puis l’huile ?

    Les recettes de ton dernier livre me ravissent également ; nous avons cuisiné les rattes rôties samedi dernier et mercredi ce sera la bouillabaisse du pauvre 🙂

    Encore merci pour ton travail !

    • Merci beaucoup Emilie, comme je suis contente de lire tout ça !

      A vrai dire je fais à l’oeil pour le vinaigre et l’huile (je verse directement dans le saladier) mais pour cette quantité je commencerais par 2 c.c., puis je goûterais. Ça dépend des goûts, mais aussi des vinaigres…

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.