Gâteau au gingembre frais Recette

Si le pâtissier américain David Lebovitz devait sortir un best-of, ce fresh ginger cake ferait sans doute partie des titres sélectionnés. Et d’ailleurs, c’est marrant qu’on en parle, parce qu’il a effectivement sorti un best-of, et cette recette en fait bien partie : il s’agit d’un livre qui s’intitule Ready for Dessert: My Best Recipes (« Prêt pour le dessert : mes meilleures recettes »), et qui devrait figurer dans la bibliothèque de tous ceux qui aiment la pâtisserie américaine.

Je connais David depuis huit ans, et je connais l’existence de cet extraordinaire gâteau au gingembre depuis à peu près aussi longtemps — c’est l’une des recettes qu’on lui demande le plus souvent — mais pour une raison que j’ignore, il m’a fallu tout ce temps pour le tester moi-même.

Qu’est-ce qui nous pousse à faire certaines recettes à certains moments ? Je me demande si la question a déjà été étudiée formellement.

J’ai l’impression d’avoir constamment dans la tête des dizaines de recettes marquées à essayer — recettes que je lis sur Internet, dans des livres ou des magazines, idées que je note au détour d’un repas dans un restaurant ou d’un événement avec des chefs. Certaines font surface au bout de quelques jours, façon « dernier entré premier sorti », mais d’autres patientent à la lisière de mes pensées pendant des mois voire des années, jusqu’à ce que l’envie me vienne soudainement, peut-être quand s’alignent mon appétit, mon humeur et la disponibilité des ingrédients.

Ça vous fait ça, à vous aussi ? Laissez-vous le hasard et la spontanéité prendre le volant de vos projets culinaires, ou avez-vous un système pour gérer ça ?

Non, je demande, parce que là, finalement, tout ce que j’ai fait c’est gâcher huit ans de ma vie à me priver de ce merveilleux gâteau.

Il s’appelle « gâteau au gingembre frais », ce qui vous donne une assez bonne idée du parfum principal, mais en fait il pourrait s’appeller gâteau au gingembre frais et à la mélasse : la moitié du pouvoir sucrant de la recette est confié à cet ingrédient aux faux airs de goudron, qui peut facilement faire un coup d’état sur votre gâteau si vous avez la main lourde, mais qui développe une belle profondeur de saveur si on l’utilise correctement.

D’ailleurs, David précise qu’il faut utiliser de la mélasse douce (mild en anglais), mais comme il n’y a pas douze sortes de mélasse disponibles dans les magasins bio en France — en général, il y en a environ une — j’avais peur que la mienne soit trop forte. J’ai donc décidé de remplacer la moitié de la mélasse par du sirop de canne non raffiné de Louisiane, celui-là même que j’utilise pour le gâteau sirop. On pourrait aussi utiliser du sirop de riz, du sirop d’agave, ou n’importe quel autre ingrédient sucrant liquide pas trop fort en goût.

Et le gâteau était — je n’ai pas peur de le dire — parfait. Pas trop sucré (j’ai diminué un petit peu les quantités) avec un puissant goût de gingembre qui vous réchauffe le fond de la gorge, et une texture incroyable, mousseuse et moelleuse. C’est aussi un gâteau qui se garde très bien, il est donc tout à fait adapté à un foyer de deux personnes (je ne compte pas encore le bébé, qui picore trois miettes) : pendant la semaine qui a suivi, lichette après lichette, nous n’avons cessé de nous émerveiller en constatant combien il restait frais et savoureux.

Je l’ai servi à la mère de Maxence, qui était venue garder Milan pendant que nous allions au cinéma pour la première fois depuis fooooort longtemps (je n’ai pas été aussi euphorique d’aller au cinéma depuis l’âge de douze ans), et qui s’est extasiée. Et bien que ma belle-mère n’ait nul besoin de se faire prier pour venir passer du temps avec son petit-fils, j’espère qu’on pourra refaire ça — le gâteau et le ciné — très bientôt.

PS : Je viens de mettre à jour ma page de liens si vous voulez y jeter un oeil. Et pour ceux d’entre vous qui parlent anglais, j’ai fait de même avec la page de liens de la version anglaise de Chocolate & Zucchini.

PPS : On est allés voir The Place Beyond The Pines and on a a-do-ré. Et vous ?

Gâteau au gingembre frais Recette

Préparation : 20 minutes

Cuisson : 50 minutes

Total : 1 hour, 10 minutes

Gâteau au gingembre frais Recette

Ingrédients

  • 120 g de gingembre frais (achetez-le auprès d'un fournisseur qui a pas mal de débit, pour qu'il soit bien frais et non ligneux)
  • 175 g de sucre (j'ai utilisé du sucre blond de canne non raffiné)
  • 200 g de mélasse pas trop forte (craignant que ma mélasse soit trop forte, j'ai utilisé moitié mélasse, moitié sirop de canne ; vous pourriez aussi utiliser du sirop de riz, du sirop d'agave, etc.)
  • 180 ml d'huile neutre (David recommande de l'huile d'arachide, j'ai utilisé de l'huile de colza)
  • 325 g de farine tout usage (j'ai utilisé de la T65)
  • 2 c.c. de mélange quatre-épices (cannelle, clous de girofle, muscade, poivre noir)
  • 1/2 c.c. de sel de mer fin
  • 2 c.c. de bicarbonate de sodium
  • 2 gros oeufs

Instructions

  1. Préchauffez le four à 175°C et graissez un moule à charnière de 25 cm. (Si vous utilisez un moule simple, chemisez le fond d'un cercle de papier sulfurisé.)
  2. Pelez le gingembre (vous pouvez utiliser le rebord d'une cuillère retournée pour râper facilement la peau) et râpez-le finement, idéalement avec une râpe Microplane. Réservez.
  3. Dans un grand bol, mélangez le sucre, la mélasse et l'huile. Dans un bol moyen, mélangez la farine, les épices et le sel. Réservez.
  4. Dans une casserole, portez à ébullition 240 ml d'eau. Incorporez le bicarbonate de soude (ça va mousser) et versez dans le mélange sucre-mélasse-huile en battant jusqu'à ce que ce soit bien mélangé.
  5. Ajoutez le gingembre et le mélange de farine. Battez jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucune trace de farine. Cassez les œufs et ajoutez-les un par un, en battant bien entre chaque ajout.
  6. Versez la pâte dans le moule et faites cuire au four pendant 50 minutes à 1 heure, jusqu'à ce qu'un testeur à gâteau (un cure-dent ou une brochette par exemple) inséré au centre en ressorte propre. Si le dessus du gâteau semble colorer trop rapidement, déposez un morceau de papier d'aluminium sur le dessus.
  7. Laissez le gâteau refroidir pendant 30 minutes. Passez un couteau tout autour pour libérer le gâteau, démoulez, et laissez refroidir complètement.

Notes

http://chocolateandzucchini.com/vf/recettes/tartes-et-gateaux/gateau-au-gingembre-frais-recette/

  • marjorie

    Je fais moi aussi partie de ceux qui réalisent les recettes qu’ils se promettent d’essayer de façon complètement aléatoire : parfois le jour même, parfois des années (!) après. Il faut dire qu’entre temps, on se retrouve souvent à avoir envie de quelque chose de spécial (parce qu’on a un ingrédient en particulier sous la main, par exemple), et qu’on finit par rechercher une recette pour satisfaire cette envie … Dans la catégorie de ce que je dois essayer depuis très longtemps, il y a ta recette de « muffins fondants choco-coco », que j’imaginerais bien avec un glaçage au lait de coco, mais voilà, impossible de dire exactement pourquoi je ne suis pas encore passée à l’action. De plus, étant une grande amatrice de gingembre, je crois que c’est ce gâteau que je vais essayer avant ! Il se marierait très bien avec l’une de mes infusions préférées, « three ginger » de la marque pukka (que j’achète en magasin bio).

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      Ah oui, elle est super cette infusion ! J’en buvais quand j’étais enceinte et en proie à de très pénibles nausées. Je suis sûre que ce gâteau aurait aidé aussi. :)

      Ton glaçage au lait de coco m’intrigue. Tu as une recette, ou c’est une idée et il faut que tu fasses des essais ?

      • marjorie

        Ce n’est qu’une idée, mais pour essayer cette recette. Même si j’en ai vu d’autres qui incluent de l’agar-agar, je vais commencer par celle-ci car toutes les recettes de My New Roots que j’ai faites se sont révélées très bonnes. Allez, à la prochaine occasion de faire de jolis cupcakes, je me lance !

        Contente de voir que mon amour pour les infusions pukka est partagé (je précise quand même que je n’ai rien à voir avec cette marque) ; j’ai l’habitude d’acheter thés et infusions en vrac, mais en plus du goût leurs boîtes sont tellement belles …

  • Gathe

    Bonjour Clothilde!
    j’avais entendu parler de ce gâteau mais je n’étais jamais allé chercher la recette… et voilà qu’elle arrive à moi! :)
    Je vais donc la mettre de côté, sans trop savoir quand elle va ressortir!
    Personnellement depuis que je cuisine beaucoup, et que je suis beaucoup de blogs de cuisine, j’utilise Evernote pour classer mes recettes et idées.
    J’ai créé un carnet de recettes à tester, et je crée une note dès que je vois une idée : si c’est sur internet, un simple clic droit et j’enregistre la recette et son lien. Si c’est un bouquin, un magazine ou une idée comme ça, je crée une nouvelle note moi-même et j’y inscris rapidement l’idée, une référence, voire je mets une photo du dit-livre ou magazine.
    Je mets ensuite des étiquettes, le type de plat, style de cuisine, les viandes, légumes ou fruits utilisés…
    Ces recettes restent là un temps variable, au fil de mes relectures de ce carnet, de mes envies et de mes recherches : un légume dont je ne sais pas quoi faire, une occasion spéciale, une envie d’une cuisine particulière, je cours voir sous l’étiquette adaptée! et quand elles sont réalisées, elles passent dans le carnet « Recettes », où je les retrouve en un clic pour les refaire! Avant de faire des courses, il m’arrive aussi de consulter ces notes, pour voir s’il y a des plats qui me font envie et dont je peux acheter les ingrédients.
    Ca peut paraitre un peu contraignant et rigide comme ça, mais en fait c’est très souple, on peut complètement adapter son utilisation selon ses goûts et sa façon de cuisiner, et ça m’a donné beaucoup de liberté!
    Mais je ne saurai pas te dire ce qui fait qu’une recette ressort à un moment précis, car je suis comme toi : certaines fois c’est dernier entré-premier sorti, et d’autres les notes restent plusieurs mois ou plusieurs années dans la catégorie « à tester »…

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      Merci de nous livrer ta méthodologie, Gathe ! Je fais quelque chose d’un peu similaire avec l’application Notebook sous Mac : j’ai un « notebook » de recettes collectées à droite à gauche et classées par type de recette, mais j’avoue que je le parcours rarement juste comme ça : en général, je viens plutôt y chercher une recette en particulier.

  • angélique

    bonjour Clotilde
    je ne suis pas aussi moderne que vous toutes…ça m’impressionne! pour ma part, je me contente d’un fichier (gracieusement intitulé « bouffe ») sur mon ordinateur.
    Lorsque je découvre sur internet une recette qui me plait (les tiennes, bien sûr, en font partie), je fais un copier-coller et je l’engrange là. Avec à l’estomac, une fois mon forfait accompli, une curieuse sensation de satiété…
    Le temps peut bien passer avant que je ne m’atèle à les faire pour de vrai, ces recettes, mais c’est comme si j’en avais déjà été nourrie…

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      J’adore le nom de ton fichier. Poétique ! :)

  • Caroline

    J’aime beaucoup cette recette bien que j’appréhende quelque peu la dose de gingembre qui n’est pas toujours de mon gout :S

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      N’hésite pas à diviser par deux les quantités de gingembre si tu préfères un parfum plus doux !

  • http://mysweetfaery.blogspot.fr/ Sweet Faery

    Pour le pratiquer de temps à autre, je sais que le duo chocolat/gingembre est terrible, alors ici en moelleux fondant, je dis oui, et re-oui – à déguster devant un bon film pour faire le ciné à la maison ! ;-)

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      Très bonne idée de faire une version avec du chocolat ! J’essaierai la prochaine fois : un peu de poudre de cacao dans la pâte + du chocolat hâché, ça devrait être hyper bon.

  • Céline75

    J’ai une anecdote rigolote sur ce gâteau : il y a quelques années, j’en avais tellement entendu de retours dithyrambiques que je n’ai pu résister et que je l’ai testée.

    Premier point : j’ai docilement acheté la mélasse (la noire, l’unique du magasin bio, je confirme) et mis la dose indiquée : le résultat était affreusement goudronesque, donc je ne peux que louer ta prudence de n’avoir mis que demie-dose.

    Deuxième point : je me suis dit dès la première bouchée : « mais c’est quoi ce goût affreux de… gingembre !?! »
    Et oui, j’avais été influencée par les blogs au point d’oublier que je n’aime pas du tout le gingembre…

    Sinon la consistance était très bien effectivement !

    Inutile de dire que depuis j’évite de foncer tête baissée dans une recette avant même de m’être posé la question de savoir si j’allais en aimer le résultat !

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      Merci pour cette anecdote très drôle ! Effectivement, se méfier de la hype en tout domaine… :)

  • http://www.mousseochocolat.fr Guillaume

    Whaou, je suis fan de chocolat, mais le gingembre est souvent un peu fort pour moi. Pour autant, après la lecture de l’article, ca me donne vraiment envie d’essayer !

  • Iris

    Bonjour, ça à l’air très bon, mais pourquoi est-il si foncé ce gâteau ? c’est la mélasse qui l’a coloré comme ça ou il y a du cacao ?

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      Oui, c’est la mélasse qui fait ça ! C’est un ingrédient très foncé, presque noir.

  • Maud

    Eh bien moi, je n’en avais jamais entendu parler (je confesse ne pas lire les sites culinaires à part le tiens!)et comme j’aime le gingembre, les épices et leur utilisation dans la pâtisserie disons germano-saxone, je n’ai pas été emballée à ce point par la recette d’un gâteau depuis un moment. Au point de rêver que je me lève la nuit pour le confectionner.

    Petite question: tu n’as pas utilisé de sucre complet/Rapadura pour une raison particulière? J’aimerais bien tenter avec ce sucre car il trône dans mon placard, ainsi qu’avec une farine autre que celle de blé. As-tu déjà tenté, sais-tu si c’est déconseillé en pâtisserie?

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      Bonjour Maud, tu verras dans la recette que j’ai bien utilisé du sucre complet : j’ai utilisé ici du sucre blond non raffiné, mais tu peux tout à fait utiliser du rapadura. Quant à la farine, ça dépend de quelle céréale elle est issue. Si tu me dis laquelle, je te donnerai mon avis !

      • Maud

        Merci pour ta réponse si complète! J’en avais rêvé avant exécution, de ce gâteau, j’en rêve d’autant plus après exécution. Un délice absolu (pour qui apprécie le gingembre, bien entendu). D’une simplicité déconcertante à réaliser et à cuire (j’ai toujours des difficultés à cuire correctement les gâteaux dans mon four). J’ai divisé les quantités par deux et verser la préparation dans un moule à fond amovible de 17cm de diamètre.
        Sur les conseils glanés dans les commentaires ci-dessus, j’ai retenté l’expérience en ajoutant de la poudre de cacao dégraissé et non sucré (2 cc environ pour le gâteau divisé de moitié et du chocolat noir 90% haché grossièrement (environ 2 rangées d’une tablette). Le goût du gingembre allié au chocolat noir est exquis. Seul bémol: la texture était beaucoup moins moelleuse, comme desséchée par le cacao, difficile à faire passer;) Une astuce? PS1: j’ai utilisé la seule farine que j’avais sous la main, soit de la farine de riz, et je ne la recommanderais pas spécialement pour cette recette. J’avais également de la farine de châtaigne – que j’adore utiliser pour accentuer l’aspect rustique de ta recette de muffins au son de blé et myrtilles-, mais j’ai pensé que le goût de la châtaigne serait encore plus prononcé que celui de la farine de riz. PS2: y-aurait-il une différence de goût dans cette recette à utiliser du sucre complet brun plutôt que sa version blonde? PS3: quel pavé! Symbole maladroit de mon enthousiasme;)

        • http://chocolateandzucchini.com clotilde

          Merci pour ce compte-rendu détaillé, je suis ravie que tu aies aimé ! Je note l’idée du cacao/chocolat, j’essaierai ça la prochaine fois ! Pour compenser l’ajout de la poudre de cacao, il faudrait peut-être ajouter 1 ou 2 c.s. d’eau supplémentaires ?

          Peux-tu préciser pourquoi tu déconseilles l’utilisation de la farine de riz ? Pour la farine de châtaigne, je ne l’utiliserais pas ici, simplement parce que c’est une farine très chère à l’achat et dont le goût ne serait pas mis en valeur comme il le mérite ici.

          Je pense que l’utilisation de sucre complet brun ne changerait pas radicalement le goût, qui vient ici essentiellement de la mélasse et du gingembre…

          • Maud

            Version cacao-chocolatée à retenter avec un peu plus de liquide alors.

            Concernant la farine de riz, je découvrais son goût pour la première fois et il ne m’a pas semblé très agréable dans ce gâteau. Peut-être était-ce tout simplement la nouveauté déconcertante, pour un palet habitué à la farine de blé? Ou bien est-ce une farine à mélanger avec une autre? Ou encore à utiliser avec certains ingrédients?

            La farine de châtaigne…cela m’apprendra à m’enthousiasmer sans regarder les prix. Elle vaut son lingot d’or dans quel type de préparation? Acoquinée au chocolat?

          • http://chocolateandzucchini.com clotilde

            J’avoue que je n’ai pas souvent pâtissé avec la farine de riz, donc je ne sais pas trop.

            Par contre, avec la farine de châtaigne, on peut faire des crêpes (ils font ça en Corse !), des canistrelli (voir ma version salée), ou en mettre dans un gâteau avec des poires ou des cerises ou d’autres fruits (remplacer la farine de noisette dans cette recette par exemple).

  • http://surf-prevention.com lily

    Il n’y a rien de plus agréable en pâtisserie que de découvrir qu’une recette compliquée est en fait très simple. Ou plutôt, une recette qu’on croyait irréalisable. La bonne surprise, je l’ai eue au tout début du mois de juillet en me lançant dans le pain d’épice de « Chocolat et Zucchini ». Au départ, je voulais réaliser quelque chose de roboratif pour safisfaire les appétits féroces de mes élèves, certes très peu nombreux en ce début juillet. Il fallait récompenser les quelques courageux qui tenaient à rester en cours jusqu’au bout malgré l’appel irrésistible de la plage toute proche. J’ai donc ouvert mon livre chouchou, et je me suis dit : le pain d’épice, pourquoi pas, c’est du costaud, ça va bien nous caler des estomacs de fin de quatrième. A cet âge on a toujours faim, même en sortant de table. Or, jusque-là, le pain d’épice est une pâtisserie dont je ne raffolais pas spécialement. Quand j’étais petite, ma mère nous achetait en supermarché des petits parallélépipèdes dont le nom m’échappe malheureusement. C’était emballé dans du papier marron, la texture était sèche, et je crois qu’il y avait de la confiture d’abricot dedans. Entre chaque bouchée, il fallait s’humecter le gosier pour tenir la distance. Plus tard, je n’ai pas été enthousiasmée par les pains d’épice que j’ai croisés. Et j’avoue qu’il y a quelques semaines, lorsque j’ai ouvert mon premier pot de mélasse, j’ai eu des sueurs, et pas seulement parce que la chaleur était enfin là. Je me suis demandé ce que ce goudron allait bien pouvoir donner, une fois mélangé au reste des ingrédients. Ma foi, je n’ai pas été déçue, non plus que mes goûteurs sus-cités. J’ai suivi à la lettre la recette de Clotilde, sans le gingembre. Le résultat est un pain très moelleux et très parfumé, qui a été englouti avec beaucoup de concentration par tout le groupe d’adolescents en pleine croissance. Ils ont consciencieusement mastiqué jusqu’à ce qu’il ne reste plus une miette du volumineux pain. Ils en auraient bien repris. Du coup, j’ai refait la recette pour mes filles et moi, cette fois en remplaçant la farine complète par de la farine de chataîgne. Mes filles ont fait la grimace : encore trop petites pour un gâteau aussi typé. Mais moi, je me suis à nouveau régalée et j’ai pu constater avec plaisir que le pain d’épice de Clotilde se bonifie en mûrissant : je l’ai gardé une bonne dizaine de jours, et il a conservé son moelleux et sa saveur tout du long. La vie est belle parfois !

    • http://chocolateandzucchini.com clotilde

      Ca me fait bien plaisir, Lily, merci pour ce chouette retour !

Recevez la newsletter

Une fois par mois, vous recevrez un rappel des derniers billets publiés, plus de l'inspiration et des infos exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié pour chaque nouveau billet.