« Bucket liste » cuisine : 50 Accomplissements culinaires

(Sublime piano : La Cornue)

Connaissez-vous le principe de la bucket list aussi appelée life list ? Il s’agit d’énumérer toutes les choses qu’on aimerait accomplir dans sa vie*.

C’est un excellent exercice à faire — en solo, en couple ou avec des amis — parce que ça en dit long sur ses envies et ses ambitions. L’idée, c’est de bannir les « oui, mais » et se permettre de rêver en grand, sans se mettre aucune limite. On garde la liste dans un coin et on ajoute des éléments au fil de l’eau.

Ma life list à moi inclut, entre autres choses, me faire faire un tatouage (j’ai déjà une bonne idée du motif) (pardon Maman), parler le japonais, faire une retraite de méditation, et dormir dans un igloo. Le scénario idéal étant de me faire tatouer lors d’une retraite de méditation dans un igloo au Japon ; il faut que je cherche si ça existe.

J’aime tellement l’idée que j’ai imaginé une « bucket liste » cuisine avec 50 accomplissements auxquels on peut aspirer quand on aime cuisiner. J’y ai mis des choses faciles et des choses plus difficiles, que ce soit en terme de technique, d’opportunité et d’organisation.

Vous trouverez la liste ci-dessous. Dites-nous dans les commentaires combien vous en avez déjà accomplies, et lesquelles vous ajouteriez !

Pour vous y aider, téléchargez gratuitement votre liste d'aventures culinaires à imprimer et à compléter. (Si vous avez envie de la glisser dans votre bujo, imprimez-la à 65% du format original.)

  1. Faire votre propre pain.
  2. Faire votre pain à partir d’un levain.
  3. Faire quelque chose de fermenté.
  4. Préparer un dîner pour autant de personnes qu’il y a de chaises chez vous.
  5. Préparer un dîner pour plus de personnes qu’il n’y a de chaises chez vous.
  6. Cuisiner avec des ingrédients que vous avez cultivés.
  7. Cuisiner avec des ingrédients que vous avez ramassés dans la nature.
  8. Prendre un cours de cuisine.
  9. Prendre un cours de cuisine dans un pays étranger.
  10. Voir une de vos recettes adoptée par quelqu’un qui lui donne votre nom (ex : le fameux gâteau de Mamy dans Chocolate & Zucchini : Le Livre ou le poulet de Muriel).
  11. Recréer un plat que vous avez goûté au restaurant.
  12. Recréer un plat que vous avez goûté au restaurant et trouver votre version meilleure que l’original.
  13. Recevoir votre famille pour un repas de fête.
  14. Recevoir votre famille pour un repas de fête sans pleurer à aucun moment.
  15. Cuisiner avec un enfant.
  16. Cuisiner avec plusieurs enfants.
  17. Cuisiner sur un bateau.
  18. Cuisiner sur un vrai feu de bois.
  19. Préparer un repas exclusivement à partir d’ingrédients du placard.
  20. Faire toutes les recettes d’un livre de recettes.
  21. Apprendre une recette de gâteau ou de biscuit par coeur pour pouvoir la faire n’importe où, n’importe quand.
  22. Créer une version “sans” d’un plat ou d’un dessert (pour le rendre végétarien, sans gluten, sans produits laitiers, etc.).
  23. Faire des courses dans un magasin de fournitures ou d’ustensiles pour les professionnels de la cuisine.
  24. Cuisiner avec la personne qui partage votre vie sans vous disputer.
  25. Cuisiner avec la personne qui partage votre vie, et faire un truc romantique comme on voit dans les films (ex : se faire goûter mutuellement les spaghettis).
  26. Cuisiner avec quelqu’un d’assez âgé pour être votre grand-mère (ou votre grand-père).
  27. Vivre un désastre complet en cuisine.
  28. Vivre un désastre complet en cuisine et en rire (immédiatement ou dix ans plus tard).
  29. Investir dans un couteau avec lequel vous pourriez cuisiner avec bonheur toute votre vie.
  30. Apprendre à faire une pâte à crêpe ou à pancake sans mesurer, juste en jaugeant la consistance.
  31. Faire un caramel.
  32. Préparer quelque chose qui nécessite des blancs d’œufs fouettés jusqu’à une consistance précise (ex : une mousse, une meringue, un soufflé…)
  33. Tempérer du chocolat.
  34. Faire votre propre pâte pour une quiche ou une tarte.
  35. Réaliser une pâte feuilletée.
  36. Cuisiner quelque chose que vous n’aimez pas parce que vous aimez quelqu’un qui aime.
  37. Cuisiner quelque chose que vous n’aimez pas pour essayer d’apprendre à aimer.
  38. Acheter un ingrédient sans avoir aucune idée de comment l’utiliser, et l’utiliser.
  39. Vous intéresser à une cuisine étrangère, et apprendre à réaliser quelques plats.
  40. Préparer une glace ou un sorbet maison.
  41. Faire à la main quelque chose que la plupart des gens feraient avec un appareil électrique (ex : monter des blancs en neige, piler du pesto)
  42. Réaliser un gâteau avec une décoration très élaborée.
  43. Faire une pâtisserie que les gens normaux achètent chez le pâtissier (ex : des éclairs ou des macarons).
  44. Improviser une soupe ou un plat mijoté avec ce que vous avez sous la main, et aimer le résultat.
  45. Organiser un dîner à thème.
  46. Faire cuire quelque chose dans un bain de friture.
  47. Préparer un plat ou un dessert avec un outil normalement vendu en quincaillerie (ex : un chalumeau).
  48. Pocher des oeufs.
  49. Intégrer un club culinaire — un club de dégustation, un cercle de lecture de livres de cuisine, une confrérie autour d’un produit — ou créer le vôtre.
  50. Inviter des amis à dîner deux heures avant le dîner.

* En anglais, l’expression to kick the bucket — littéralement « donner un coup de pied dans le seau » — signifie mourir. L’origine est incertaine, mais ça fait probablement référence à quelqu’un qui se pend (!) et dont le dernier accomplissement est donc de faire tomber le seau renversé sur lequel il se tenait. C’est macabre, mais que voulez-vous, c’est comme ça.

  • Isabelle Havas

    31 ! Pas si mal 🙂

  • 41…Et ça me donne des idées 😉

  • graffie

    oh la la… je n’en reviens pas moi-même… 33 ! (j’ai imprimé, surligné, recompté…)
    Avec deux « presque » : la pâte feuilletée, c’était ta recette, j’avoue, pas une « vraie » où on essaie désespérément d’enfermer le beurre sans qu’il déborde ou qu’il traverse et où on attend entre chaque tour (enfin si, j’ai essayé il y a très longtemps, ça permettait presque de répondre aux questions désastre, et désastre + rire, mais pour ça j’ai eu d’autres expériences qui valident ces questions) .
    Et pour la pâte à crêpes (ou la pâte à tarte…) : je mesure très soigneusement au départ la farine et le lait, et après je rajoute en secouant plus ou moins le paquet ou en versant du liquide (une petite giclée, ou une bonne giclée, ou plusieurs, ou encore un peu, selon les cas, voire parfois farine puis liquide (ou liquide puis farine) parce que j’ai été trop enthousiaste). Ça compte ?
    Et la chose que je n’ai pas encore faite qui me tente le plus (je compte bien passer à l’acte un jour, Homme, si tu me lis…), c’est le cours de cuisine.

    je vais faire passer la liste !

  • Punky Brewster

    36 ! Mais ça aurait pu être 34…
    … si, à la place de « faire un caramel », tu avais écrit « réussir un caramel » ! Parce que faire, oui, j’en ai fait plein, mais réussir à la perfection et du premier coup un caramel, ça jamais, et c’est bien le pendu de ma vie de cuisinière ! Bon, ça ne se dit pas, mais c’est pour ressortir le côté macabre du kick the bucket 😉
    … ou si tu n’avais pas précisé « dix ans plus tard » à propos de rire d’un désastre complet !

    • Ha ha, j’ai failli te faire une spéciale dédicace avec le caramel. 🙂

  • menus propos

    8 choses pas accomplies. C’est drôle par rapport à la liste de se dire qu’ii me manque : – faire un pain avec levain, la fermentation, prendre un cours de cuisine à l’étranger, la 12, la 18 (mais j’ai cuisiné dans un train pour un concours et dans un voilier lors de vacances), la 20 (trop de livres), la 29, la 30 (je préfère suivre ma recette pour ne pas la rater). Je rajouterai : m’intéresser aux macarons et me lancer – trouver la recette inrâtable du pâté en croûte avec la gelée (ma quête du graal). Merci Clothilde!

  • Sabrina

    Bonne idée cette liste. ça rappelle de beaux souvenirs! J’ai même eu la chance d’avoir cuisiné un repas de fête, en mer sur un voilier, pour plus d’invités qu’il n’y avait de place et avec des enfants! Et c’est avec de bons souvenirs comme ça que cuisiner me détend et me met de bonne humeur. Je me souviens de ma première visite dans un magasin d’ustensils de cuisine. J’étais comme un enfant dans la maison du père-noël. Un désastre complet en cuisine: le jour où mon frère et moi avons décidé de faire du nougat et où un essaim de guêpes est entré en trombe dans la cuisine quand on a mis le miel à chauffer! Il m’en reste encore 13 à accomplir. ça doit porter bonheur! Prochain sur la liste: le 25!

    • Ce que j’adore avec cette liste, ce sont les souvenirs qu’elle fait revivre ! Merci de les partager avec nous !

  • Palmira

    J’adore le principe de ces listes!!
    Je crois que j’en suis à 44/50… Je rêve des points 10 et 49 mais vu que j’en a un certain nombre à mon actif ça va venir :o)
    Mon meilleur souvenir: faire cuisiner 8 enfants de moins de 5 ans pour les 5 ans de ma fille (on vit dans un appart parisien donc pas une grande maison, la cuisine fait 7m2) et les voir parler avec fierté à leurs parents de « LEUR » recette de cookies aux smarties :o)
    Bon week end!

  • On dirait presque les quizz de l’été … Ceci dit, on a le soleil et la chaleur aujourd’hui à Strasbourg ! Bon, score moyen 23/50, mais comme ce n’est pas ma liste , fatalement, il y a des envies qui ne sont pas du tout du tout les miennes 🙂
    Merci pour cette pause très sympa !

  • Semsebel

    38 faits sur 50! Pas mal quand même… elle est très belle cette liste.
    Je rajouterai : réaliser un couscous en ayant roulé la semoule soi-même (c’est-à-dire cuisson à la vapeur en trois fois), et choisir du couscous fin, sinon c’est trop facile 😄. Na !

    Et pourquoi pas aussi : réaliser une recette de chaque continent. Je vais me le rajouter sur ma liste celui-là.

    Pour la question 10, ça marche si c’est en famille ? Pas besoin que ce soit publié par quelqu’un 😉

    • Pour la question 10, oui oui, il suffit d’une personne qui adopte ta recette comme étant « ta » recette. 🙂

      Et merci pour les suggestions supplémentaires !

  • Barthlomé Nadia

    28/50… entre autres: j’ai déjà cuisiné avec une vingtaine d’enfants!… normal, c’est lorsque j’enseignais au CP-CE1 🙂 il faut être un peu téméraire pour se lancer dans ce genre d’entreprises mais j’en garde de bons souvenirs, notamment la fabrication de mozzarella! Et j’en garde aussi le souvenir du temps que je mettais à nettoyer la classe après!! Actuellement je suis en plein dans les expérimentations avec le levain et je trouve que ce n’est pas simple!

    • Ça a dû être épique en effet ! Et l’histoire du nettoyage m’a bien fait rire. 🙂

  • Marrant comme exercice. Alors j’en ai fait 31, pas mal mais il me reste du boulot 🙂 Merci pour ta liste, ça m’a permis de me souvenir et de me marrer de mon pire désastre culinaire, qui avait donné lieu à une bonne crise de rire avec les copains : une frittata aux courgettes. Le truc inratable, raté. C’était vraiment infâme, border goût de vomi. L’erreur ? J’avais mis du jus de citron sur les courgettes, ce que les oeufs n’avaient pas trop aimé. Sinon je rebondis sur le dernier point, inviter des amis deux heures avant de dîner. C’est une idée géniale. A une période bénie pr-enfants, nous organisions tous les mois avec nos amis proches des dîners dégustation de vin autour d’un thème (l’Alsace, les blancs italiens, Côte du Rhône, les vins natures restent des soirées mémorables). Avec menu assorti, s’il vous plaît. Le groupe ayant finit par faire une dizaine de personnes, ce qui pouvait être lourd pour ceux qui recevaient, nous avions décidé que ceux qui pouvaient viendraient plus tôt, pour mettre la main à la pâte, mettre la table et préparer le dîner ensemble. C’était les meilleurs moments.

  • carole

    33/50, il reste du travail 😉 le 10, quelle satisfaction, cela m’est arrivé plusieurs fois. et quand ce sont des enfants qui ont réclamé cette recette à leurs parents, qui du coup l’ont adoptée et lui ont donné votre nom, on est sur un petit nuage ! pour le 34, c’est la pâte à l’huile d’olive facile C&Z de Clotilde qui est devenue à la maison THE recette incontournable de toutes les tartes salées, le 7 est un de mes jeux préférés, que je combine avec le 15, le 44 est assez fréquent et le 28 aussi d’ailleurs 🙂 mon premier désastre, le pire je crois, m’attaquer à un millefeuille aux marrons – très joli sur la fiche cuisine d’un célèbre féminin – lorsque j’avais 16 ans, et aucune espèce d’expérience de la pâtisserie, pour un réveillon entre amis. une sorte de vomi au final, un désastre tant esthétique que gustatif, mais qui nous a tous fait rire très longtemps.

  • carole

    et si je devais faire ma propre liste, j’ajouterai réussir/retrouver la brioche de ma grand-mère !

  • J’adore cette liste ! Et c’est super rigolo 🙂 J’en suis à 33 !
    J’ai bien aimé trouver le numéro 37, cuisiner quelque chose qu’on n’aime pas pour apprendre à l’aimer ! Je l’ai fait avec le fenouil (je n’aimais pas du tout) et j’étais obsédée par l’idée de trouver la recette qui me ferait aimer le fenouil (ça m’était arrivé avec la noix de coco donc je savais que c’était possible :-))
    J’ai bien rigolé avec le numéro 43, « faire une pâtisserie que les gens normaux achètent chez le pâtissier » … je me revois un dimanche entier en train de faire des croissants et pains au chocolat …! J’étais folle à l’époque 😀

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.